L'Avenir Agricole et Rural 23 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

EAU LES AGENCES POURSUIVENT LE FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Les Agences de l’Eau peuvent intervenir directement pour le financement des aides à l’Agriculture Biologique, avec l’objectif d’encourager les changements de pratiques favorables à la qualité de l’eau. Sur le territoire de la Haute-Marne, les zones d’intervention couvrent une partie importante du département. Nous vous détaillons ci-dessous les modalités spécifiques aux trois Agences de l’Eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour savoir si votre exploitation est située sur une zone à enjeu eau, vous pouvez contacter la cellule eau & Bio de la Chambre d’agriculture : 03 25 35 03 22
Pour savoir si votre exploitation est située sur une zone à enjeu eau, vous pouvez contacter la cellule eau & Bio de la Chambre d’agriculture : 03 25 35 03 22 - © CHAMBRE AGRICULTURE

Cibler les aides à l’agriculture biologique sur les zones à enjeux eau

 

Aline Moretti, chargée d’intervention à l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse :

Le mode de production biologique contribue aujourd’hui directement à la préservation de la ressource en eau avec son cahier des charges strict qui interdit notamment le recours aux produits phytosanitaires de synthèse. C’est pourquoi les Agences de l’Eau intensifient leurs moyens pour favoriser les conversions sur les zones à enjeux eau. L’Agence de l’Eau Rhin-Meuse a ainsi fait de l’animation autour de l’agriculture biologique une priorité pour renforcer les actions de sensibilisation, favoriser l’acquisition et la diffusion des pratiques alternatives sur les territoires … Elle intervient en cofinancement avec les fonds FEADER, également dans le financement des aides à l’agriculture biologique sur les zones de captages dégradés pour encourager les conversions sur les zones sensibles.

 

 

 

A l’Agence de l’Eau Seine-Normandie :

Le financement du bio s’élargit à l’ensemble du bassin-versant

 

Nicolas Domange, Chef de service à l’Agence de l’EAU Seine-Normandie :

Le Conseil d’Administration de l’Agence de l’Eau « Seine Normandie », de juillet 2016, a délibéré sur un ajustement du 10ème programme permettant le financement des mesures de conversion (CAB) et maintien en Agriculture Biologique (MAB) sur l’ensemble du bassin « Seine Normandie » et non plus sur les seules Aires d’Alimentation de Captage. L’intervention se fait sans plancher, ni plafond financier pour les mesures CAB et MAB qui suit une mesure CAB (c’est-à-dire en continuité directe des sorties de CAB uniquement). Ceci correspond donc à un accompagnement sur 10 ans (5 ans de CAB et 5 ans de MAB) des exploitations. L’intervention de l’Agence se fait en top up, c’est-à-dire une prise en compte de la totalité du financement (pas de FEADER) compte tenu des tensions sur l’enveloppe FEADER. Cette évolution des interventions est valable pour les contractualisations 2 017 et est proposée à l’autorité de gestion pour les contractualisations 2 018 ainsi qu’en rétroactif en 2016.

 

Les aides sont prioritairement sur les AAC pour Rhône-Méditerranée-Corse

Stéphane DE WEVER, chargé d’intervention spécialisé agriculture & foncier à l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse (RMC) :

 

L’Agence de l’Eau RMC intervient prioritairement, en co-financement avec les fonds FEADER, sur les Aires d’Alimentation des Captages. Cela est vrai pour les aides à la conversion et au maintien à l’Agriculture Biologique.

En dehors de ces aires d’alimentation, si les enveloppes sont disponibles, des aides à la conversion, toujours en co-financement FEADER, sont envisageables au cas par cas sur les zones à enjeux pesticides du SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux).

Cependant, tout ceci dépend des crédits FEADER disponibles pour les captages prioritaires.

Si vous voulez en savoir plus sur la conversion consultez la page 5 de notre édition de cette semaine

Bonne lecture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2501 | juin 2018

Dernier numéro
N° 2501 | juin 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui