L'Avenir Agricole et Rural 24 mai 2013 à 10h22 | Par JLB

Drainage - Les débordements de l’ONEMA

Les gardes de l’ONEMA (*) verbalisent à tour de bras les agriculteurs qui ont drainé des zones humides. La FDSEA 52 appelle à plus de discernement et de pédagogie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agents de l’ONEMA suivent à la trace les entreprises de drainage et épinglent ensuite les agriculteurs.
Les agents de l’ONEMA suivent à la trace les entreprises de drainage et épinglent ensuite les agriculteurs. - © P.P.

Autrefois, le drainage était considéré comme un investissement vertueux et il était fortement encouragé par les Pouvoirs Publics. L’ex DDA apportait d’ailleurs un concours précieux en ingénierie et des subventions étaient même accordées.

Glissement répressif

Aujourd’hui, l’Administration a plutôt un rôle répressif et c’est un mal sournois qui plombe notre économie nationale. Dans cette dérive institutionnelle l’ONEMA a une longueur d’avance. Les agents de cet Etablissement Public, forts des marques distinctives de leur fonction qu’ils portent ostensiblement, se déplacent le long des cours d’eau et sur les propriétés privées avec intimidation avant de dégainer des procès verbaux de plusieurs dizaines de pages qui sont systématiquement transmis au Procureur de la République. La FDSEA s’est déjà émue de ce comportement. S’agissant d’une délégation de mission régalienne, il paraît logique que le représentant de l’Etat puisse exercer une tutelle. Le précédent Préfet MOREL, avait laissé entendre qu’il en serait prochainement ainsi, mais rien n’a changé … L’ONEMA n’a apparemment de comptes à rendre qu’au Procureur.  Certes, les gendarmes, les policiers voire les agents de l’ONF également, mais cela ne les empêchent pas d’avoir des relations «citoyennes» et de faire preuve de discernement.

Le problème n’est pas seulement  haut-marnais, tous les départements se plaignent de ce comportement et la FNSEA vient de demander un rendez vous auprès de Delphine BATHO, Ministre de l’Ecologie pour évoquer ce problème.

L’arroseur arrosé

L’ONEMA vient de faire l’objet d’un rapport décapant de la Cour des Comptes qui a relevé un certain nombre d’irrégularités, tant dans la gestion globale de l’Office que dans les compléments de rémunération des agents. Mais la Cour a aussi recommandé une augmentation de la pression de contrôle sur le thème de la pollution par les nitrates, ce qui pourrait expliquer cela…


Voir la suite de cet article dans notre édition du 24 mai 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2518 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2518 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui