L'Avenir Agricole et Rural 16 mars 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

DOSSIER PULVERISATEURS

La suspension et la transmission des automoteurs de pulvérisation déterminent la stabilité de la rampe et répondent aux besoins croissants de vitesse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les buses pilotent la hauteur de rampe.
Les buses pilotent la hauteur de rampe. - © Réussir

Deux grandes familles de transmissions

Au cours des dernières années, les pulvérisateurs ont connu deux évolutions majeures, qui font suite à des demandes fortes du terrain : avoir des machines plus productives et gagner en confort de conduite. Les agriculteurs voulaient retrouver le même confort qu’ils ont dans leur tracteur et en même temps traiter plus vite, sans augmenter leur consommation à l’hectare. Les constructeurs ont alors travaillé à réduire le bruit et à améliorer les changements de vitesse pour que ces derniers passent le plus inaperçus possible. La généralisation de l’électronique sur les moteurs a bien aidé. En effet, chez la grande majorité des constructeurs, la gestion de la transmission est étroitement liée à celle du moteur thermique. Aidées par des pompes à débit variable, des moteurs hydrauliques à volume variable ou à plusieurs étages à passage sous charge, les nouvelles transmissions hydrostatiques peuvent être pilotées finement pour s’adapter aux besoins, tout en réduisant le régime moteur, donc la consommation et le bruit. On voit ainsi certains automoteurs circuler sur route à 40 km/h à des régimes inférieurs à 1 500 tr/min.

La dernière génération de transmission Ecodrive de Poclain permet de réduire la consommation jusqu’à 30 %, sur route comme au champ. En parallèle, les performances des transmissions ont été revues à la hausse pour répondre à la progression des vitesses de traitement qui peuvent atteindre les 25 km/h. Cela nécessite des transmissions très coupleuses pour atteindre rapidement la vitesse de croisière en bout de champ. Certains appareils sont également dotés de freins immergés ou de freins à tambour à commande pneumatique avec répartiteur de freinage, pour décélérer rapidement. Plusieurs constructeurs homologuent même leurs appareils pour pouvoir tracter des citernes de ravitaillement dotées de freinage pneumatique (jusqu’à 12 à 16 t de PTAC).

Voie et garde au sol variables avec réglage hydraulique

Le marché des automoteurs de pulvérisation se partage en deux grandes familles, selon le type de transmissions. Le Maestria et le Xénon de Matrot, ainsi que le F40 d’Artec adoptent une transmission hydromécanique, à savoir une à deux pompes hydrostatiques animant deux ponts mécaniques à différentiel autobloquant via une boîte de transfert. L’un des principaux arguments est la motricité sur les quatre roues permise par la partie mécanique de la transmission et le rendement plus important, du fait des moindres pertes par frottement et échauffement de l’hydraulique. En revanche, ces transmissions hydromécaniques sont lourdes, bruyantes et n’autorisent ni la voie variable, ni la hauteur variable. Dans la seconde catégorie, on retrouve tous les automoteurs équipés d’une transmission hydrostatique utilisant un moteur hydraulique pour chaque roue. Ces transmissions ont gagné en rendement et en performance ces dernières années. La gestion de l’antipatinage agit généralement en freinant la roue qui tourne trop vite, dérivant ainsi le flux d’huile vers les autres roues. Sur les moteurs à étages, le passage des vitesses s’effectue pour la plupart de façon automatique en fonction des sollicitations. John Deere a combiné ses moteurs hydrauliques à un train épicycloïdal sur chaque roue, arguant une transmission plus coupleuse. Challenger se distingue avec une pompe hydrostatique à débit variable et des moteurs de roue à volume variable sans étage, privilégiant la souplesse et la simplicité.

Retrouvez toutes les nouveautés sur les pulvérisateurs dans le dossier de la page 23 à la page 29 de notre édition du 17 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2454 | juillet 2017

Dernier numéro
N° 2454 | juillet 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui