L'Avenir Agricole et Rural 22 septembre 2011 à 10h03 | Par L'Avenir Agricole et Rural

DIVERSIFICATION - Un maraîcher s'implante

Devenir son propre chef, un rêve en passe de devenir réalité pour José Molard, jeune agriculteur à Préz sous Lafauche sur une activité de maraîchage biologique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
José Molard s’est installé à Prez sur Lafauche au printemps
José Molard s’est installé à Prez sur Lafauche au printemps - © ESTELLE DAUPHIN

Installation

José est ébéniste de formation. Aspirant à travailler en extérieur et à devenir son propre chef, il amorce sa reconversion professionnelle par une formation en maraîchage, il y a deux ans et obtient un CCTAR à la Maison familiale de Buxières les Villiers en 2010. Durant cette année de formation pour adulte en alternance, il découvre différent types de maraîchage en conventionnel, en agriculture biologique, sous forme de jardin de cocagne... Ces dernières formules lui ont beaucoup appris sur les techniques culturales. En revanche, l’organisation du travail n’est pas orientée vers la productivité et se révèle inadaptée à un travailleur indépendant.
José trouve un hectare de prairie à louer à un agriculteur de Prez sous Lafauche. Le plan de financement échelonné sur trois ans s’élève à 98 000 euros. Son objectif est de réaliser environ 50 000 euros de chiffre d’affaires annuel sur deux hectares. Pour cela, il devra produire une trentaine de tonnes de légumes de saison et de garde au prix moyen de deux euros le kg.
Le jeune entrepreneur monte progressivement en charge dans son activité en installant pour commencer trois serres sur un hectare, équipées de dispositifs d’arrosage au goutte à goutte et en aspersion. En plein champ, l’arrosage se fait par des sprinklers (jet rotatif).

Techniques culturales

L’eau est une ressource stratégique pour ce type d’activité. Il utilise pour l’instant l’adduction mais envisage à l’avenir de récupérer l’eau de pluie des toitures.
L’amendement est une de ses priorités, le sol qu’il travaille étant acide et carencé en phosphore.
José souhaite développer la mécanisation : motobineuse pour réaliser des faux semis, planteuse et arracheuse de pommes de terre, désherbage thermique...
Tout reste à découvrir sur l’activité biologique de sa plantation. Déjà il a relevé la présence d’insectes auxiliaires, perce-oreilles, coccinelles ou encore carabes, des protecteurs des cultures dont la présence peut être renforcée par la présence d’hôtels à insectes. Il compte également utiliser la technique du compagnonnage (voir encadré) afin de protéger les végétaux grâce à l’interaction entre plantes.
Les premiers semis effectués au printemps ont souffert de la sécheresse puis d’une pluviométrie trop abondante en période de récolte. Cependant, la crise des fruits et légumes conjuguée à la morosité de la météo a relativement épargné le petit producteur. Les gens qui viennent chercher leurs légumes sur place sont plus en confiance. Ils viennent chercher des légumes classiques mais aussi des légumes oubliés tels que les courges, potirons, bettes, fenouil et toute sorte de choux.

Stratégie de  commercialisation

Même si la fréquentation a été au rendez-vous cet été, José garde la tête froide, sachant que beaucoup de clients viennent au potager dans un esprit de découverte. Il bénéficie aussi d’une clientèle de passage grâce à la route nationale. Il dépose régulièrement des tracts chez les commerçants environnants, et la bouche à oreille fonctionne bien. 21e siècle oblige, le buzz n’y est pas pour rien dans la fréquentation du magasin. José utilise Internet pour informer ses clients, un moyen de communication rapide et économique. Il leur envoie chaque semaine la liste des produits disponibles. José travaille essentiellement sur commande, en fonction de la production disponible. Le moyen de communication privilégié reste le courriel, mais il prend également les commandes par téléphone. Situé entre Chaumont et Neufchâteau, il souhaite travailler avec les comités d’entreprise afin de grouper la demande des particuliers. Dans cette optique, il est convié à la maison de l’agriculture pour présenter au personnel son activité et sa gamme disponible.
Il est d’ores et déjà référencé dans le catalogue des produits de terroir, destiné aux collectivités locales. Des retombées pourraient se faire également suite aux actions de promotion « Croque la Région au lycée » et « Croque la Haute-Marne au collège », organisées par les Chambres d’Agriculture.

Contact : José Molard
Jardin du Poirier,
chemin du Poirier Biquotte
52 700 Prez sous la Fauche
Tel. 06 79 71 96 15
courriel :  jardindupoirier@orange.fr

- © ESTELLE DAUPHIN

EN PRATIQUE

 

L’association de certaines plantes entre elles permet d’obtenir de belles récoltes et d’avoir un beau jardin en aidant le jardinier à limiter voire éviter l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides.

Pour bien associer les plantes, quelques principes sont à connaître :
- Les Apiacées (appelées également Ombellifères) se protègent réciproquement.
- Les Légumineuses enrichissent le sol en azote. Les associer à des plantes comme la tomate ou les cucurbitacées, qui ont besoin de cet apport, est conseillé.
- Les Liliacées et les Légumineuses doivent être séparées car elles ne font pas bon ménage.
Certaines plantes aromatiques, grâce à leurs odeurs particulières, peuvent éloigner voire éliminer des insectes nuisibles.

Quelques exemples :
L’ail éloigne les insectes en général. Il s’accorde avec les carottes, betteraves, fraisiers et tomates. Ne jamais planter d’ail près des choux, haricots et pois.L’aneth protège les carottes et concombres. N’hésitez pas à les planter ensemble.
Le basilic est un fort répulsif des mouches et moustiques. Il s’associe parfaitement avec les tomates, asperges, poivrons, piments, aubergines.
La bourrache attire les abeilles, fait fuir les limaces, réduit les doryphores, éloigne les vers des tomates. Elle est appréciée des pommes de terre, courgettes, choux, fraisiers, tomates.
La capucine attire les pucerons (il vous suffira ensuite d’arracher les capucines et de les brûler), éloigne les punaises des courgettes et citrouilles. Elle s’accommode avec les radis, courgettes, choux, tomates.
Le cerfeuil réduit l’invasion des limaces.
La lavande éloigne les pucerons.
Les œillets d’Inde protégeront la plupart de vos plantes (pommes de terre, tomates, asperges, haricots, choux) des insectes nuisibles. A planter en bordure de votre jardin.
Le thym éloigne les mouches blanches, protège les choux et brocolis.

Source  : www.binette-et-jardin.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui