L'Avenir Agricole et Rural 21 mai 2012 à 10h09 | Par L'Avenir Agricole et Rural

DISTINCTION - FRANÇOISE HENRY REÇOIT LA LÉGION D'HONNEUR

Jean-Michel Lemetayer, ancien président de la FNSEA, est venu remettre à Françoise Henry la Légion d’honneur à Signéville en présence d’un parterre d’invités à l’image de l’agriculture haut-marnaise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ESTELLE DAUPHIN

Françoise Henry a su imposer son style dans un monde essentiellement masculin et faire de sa différence une force dans son contrat en faveur de l’agriculture haut-marnaise, toujours soutenue par ses proches. Jean-Louis Courtoux, président de la Chambre d’Agriculture explique « La méthode de Françoise est faite d’une apparente fragilité et d’une extrême détermination...». Des qualités qui le portent à la choisir pour sa succession à la tête de la FDSEA.


Une carrière dédiée à l’agriculture et aux agricultrices

Françoise ne fait pas qu’épouser Jacky Henry, elle épouse aussi son métier à bras-le-corps. Pas question pour elle d’être « la femme de l’agriculteur ». Syndicaliste de la première heure, Françoise défend le statut des femmes en agriculture et s’investit dans la production laitière de l’exploitation. Elle modernise le troupeau laitier, abandonnant les tachetées de l’Est pour des holstein réputées plus productives, transforme une partie de la traite en faisselles qu’elle vend en direct, développe l’accueil à la ferme et participe activement à la vie des OPA du département.

Les zones intermédiaires comme cheval de bataille

Restée une dizaine d’années à la tête de la FDSEA, de 2001 à 2011, la récipiendaire a dû gérer la crise de la vache folle, les différentes réformes de la PAC, défendant bec et ongle la cause des zones intermédiaires. Une ferveur qui lui vaudra de devenir reférente nationale sur le sujet, explique Jean-Michel Lemetayer, ancien président de la FNSEA.

Aujourd’hui,

Françoise continue à défendre les intérêts de l’agriculture au sein du Conseil Economique et Social à Paris, avec des dossiers des plus exotiques, puisqu’ils concernent entre autres, l’agriculture dans les DOM TOM.

La légion d’honneur, une tradition familiale

Françoise Henry a dédié cette distinction à son grand-père, Edmond Faguier d’Epizon. cinquante ans plus tôt, presque jour pour jour, il avait reçu lui aussi de la main du Ministre de l’Agriculture de l’époque, qui n’était autre qu’Edgard Pisani, la Légion d’honneur. C’est ainsi qu’à l’âge de sept ans, Françoise prononce son premier discours à un Ministre, en l’honneur de son aïeul, coachée par l’instituteur du village. Elle se souvient encore du titre de la récitation « Le sous-Préfet au Champ ». Elle revient sur le parcours de ce grand-père, qui, en 1927, à l’âge de 29 ans présidait les comités agricoles. Puis, il fut entre autres, président des mutuelles agricoles, maire et Conseiller Général.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui