L'Avenir Agricole et Rural 28 novembre 2019 à 09h00 | Par G. Perrin

Des repères à construire

La Chambre régionale d’agriculture, installée depuis moins d’un an, prend progressivement ses marques. L’organisation de son réseau était au menu de ses travaux le 20 novembre, à Châlons-en-Champagne (51).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président de la CRAGE Maximin Charpentier, annonce «un chantier colossal» pour l’organisation du réseau des Chambres d’agriculture dans le Grand Est.
Le président de la CRAGE Maximin Charpentier, annonce «un chantier colossal» pour l’organisation du réseau des Chambres d’agriculture dans le Grand Est. - © G. Perrin

Formée depuis le mois de mars, la Chambre régionale d’agriculture (CRAGE) a achevé de digérer la fusion des anciennes structures qui la composent, et veut désormais renforcer ses liens avec les dix départements du Grand Est.
C’était le sujet central de la session du 20 novembre organisée à Châlons-en-Champagne, sous la houlette du professeur Yves Le Roux (Ensaia) : «Organiser un réseau au service des transitions agricoles en Grand Est».
L’enseignant, qui rappelle que ces transitions ne constituent pas «un simple ajustement», souligne que le processus commence par des niches. Les innovations se généralisent ensuite en s’intégrant dans les normes qui assurent la stabilité du système. Cinq thématiques de transition concernent le monde agricole au premier plan : changement climatique (carbone, méthane, etc.), intégrité de la biosphère (biodiversité), modification des écosystèmes terrestres (déforestation), utilisation de l’eau douce (phytos) et flux biogéochimiques (azote, phosphore). Le Lorrain estime que le carbone se trouvera au cœur des stratégies futures, en particulier dans un objectif de bioéconomie circulaire.

Conforter un «rôle historique»

Denis Ramspacher, président de la Chambre d’agriculture d’Alsace, défend la cause des filières en difficulté : «il faut les accompagner, et faire en sorte de les préserver pour les années à venir». «Toutes essaient de se démarquer», note l’éleveur alsacien. HVE, bio, non-OGM... Pour le déploiement des démarches, il ne compte pas sur le secteur privé : «c’est le rôle historique» des chambres consulaires. «Dès qu’il y a transition, il faut être en capacité d’accompagner les agriculteurs».
Sébastien Loriette, agriculteur dans les Ardennes, rappelle le rôle de la proximité, intermédiaire entre les Amap et les filières longues. «Les Chambres d’agriculture ont leur rôle à jouer dans l’organisation de cette transition : jusqu’à présent, dans la diversification, il n’y avait pas de transformation». «Certains créent de nouvelles marques : est-ce que cela parle au consommateur ? On a déjà pas mal de labels : concentrons-nous là-dessus», juge l’ancien président de la chambre ardennaise.

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 29 Novembre 2019.

Tendance baissière généralisée

Le président Maximin Charpentier a donné une lecture préoccupante du contexte international actuel. Tensions géopolitiques, commerciales et monétaires, croissance en berne et instabilités institutionnelles inquiètent les décideurs.
Dans une conjoncture agricole mondiale «loin du cycle haussier d’il y a dix ans», l’agriculteur marnais souligne le rôle de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui a conduit à des subventions aux producteurs américains d’environ 30 milliards de dollars depuis l’été 2018.
Plus près de chez nous, les récoltes records en blé (38 Mt) ne compensent pas la chute des prix (163 €/t), alors que maïs et colza ont vu leurs volumes potentiels amputés par le stress hydrique et la pression parasitaire. Le marché sucrier poursuit la «crise intense» née avec la disparition des quotas en 2017. Crises de gouvernance avec des restructurations d’usines, rémunérations sous les prix garantis (19 €/t) : la situation risque de perdurer avec l’interdiction des néonicotinoïdes, qui rend la production plus risquée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2578 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2578 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui