L'Avenir Agricole et Rural 10 septembre 2020 à 08h00 | Par TM

Des produits locaux au camping

A Bourg Sainte-Marie, la Tomate Joyeuse vend ses légumes cultivés en pleine terre, mais aussi des produits locaux, dans un cabanon situé au camping «Les Hirondelles».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De nombreux légumes sont plantés pour satisfaire la demande des clients. La qualité est de mise.
De nombreux légumes sont plantés pour satisfaire la demande des clients. La qualité est de mise. - © TM

Au départ Céline Sauvageot n'est pas issue du milieu agricole, mais elle le côtoie via ses études de paysagiste au lycée agricole de Courcelles-Chaussy, près de Metz, et au lycée horticole de Fayl-Billot. Après avoir travaillé dans des entreprises privées en tant que paysagiste, elle devient fonctionnaire territoriale à Bourmont, poste qu'elle occupe toujours à mi-temps.

Céline tient à mieux s'alimenter pour être en meilleure santé. Elle commence par s'inscrire à l'AMAP de Prez-sous-Lafauche, où le Jardin du Poirier propose des légumes bio, « puis je me suis rendu compte que c'est ce que j'avais envie de faire, m'installer et proposer des produits de qualité, remplis de nutriments » explique Céline. Trouvant l'agriculture biologique trop restrictive, elle fera des légumes non traités et des variétés anciennes.

Produits de qualité

En juin dernier, les gérants du camping «Les Hirondelles» de Bourg Sainte Marie prêtent une partie de leur terrain pour qu'elle puisse cultiver ses légumes. Le cabanon de La Tomate Joyeuse, pour la vente des produits, est installé à l'entrée du camping. Un accord qui arrange les deux parties : les clients du camping ont un service en plus et les locaux ont un petit point de vente près de chez eux. Pour Denis, il est primordial de s'entraider : « ensemble on est plus fort, c'est pour ça qu'on a fait le magasin, pour que Céline travaille et fasse connaître ses produits ainsi que ceux des producteurs locaux » souligne le co-gérant du camping.

Un terrain propice

C'est une année de découverte pour la maraichère : « je vais voir le nombre de clients et leur consommation pour adapter ma production. C'est aussi une année d'essai pour le jardin car je dois observer si les légumes se plaisent sur ce sol. Heureusement je suis sur une ancienne prairie, la terre est riche, il y a de la biodiversité : des fleurs, des arbres et beaucoup d'oiseaux, dont des milans qui régulent la population de rats taupiers».

Céline a de nombreux projets pour l'avenir. Elle va réorganiser son jardin pour cultiver tous ses légumes en planches car le système en buttes demande beaucoup de mise en place. Puisque ces derniers mois sont très secs et que le manque d'eau limite beaucoup la production des légumes Céline voudrait faire un forage et profiter des sources qui passent à proximité.

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 11 Septembre 2020

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2618 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2618 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui