L'Avenir Agricole et Rural 27 août 2020 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Des porcs au grand air

Pascal Desanlis se situe à contre-courant des systèmes actuels en adoptant le plein air pour son élevage porcin. L’éleveur de Maizières mise sur le bien-être animal, le goût de sa viande et la vente directe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Desanlis propose des visites de son exploitation chaque samedi après-midi.
Pascal Desanlis propose des visites de son exploitation chaque samedi après-midi. - © TM

Quand Pascal Desanlis reprend l’exploitation de son père en 1986 à Maizières, il n’est pas satisfait des pratiques d’élevage. « C’était un système en bâtiment fermé où les truies étaient attachées avec une sangle abdominale. Elles pouvaient seulement faire 20 cm en avant et en arrière toute leur vie. Ça m’interpellait, mais c’était comme ça à l’époque » se remémore l’éleveur. Suite à la crise de la vache folle, il veut faire évoluer son système. En 1997, il utilise une parcelle de 7,5 ha pour y faire gambader les truies et leur suite. Un système complètement à contre courant de la majorité des élevages. « L’élevage porcin en plein air démarrait et il y avait beaucoup de systèmes différents. J’ai visité plusieurs élevages dans toute la France, de la frontière du Luxembourg jusqu’au Massif central pour prendre le meilleur ».

Un système tout confort
Aujourd’hui l’exploitation compte environ 250 porcs en engraissement, 50 en post sevrage, 50 en maternité, 32 femelles et un mâle. Les animaux ont un parc pour l’été et un pour l’hiver.

Une race particulière

Pascal a choisi la race Duroc, des porcs foncés qui ont un très bon taux de muscle. « Je suis le seul à faire du Duroc à 800 km à la ronde. C’est une race qui a de grosses pattes, donc bien adaptée à la vie en extérieur. La viande est persillée, beaucoup moins sèche et pleine de saveur » affirme l’éleveur qui déplore qu’il n’y ait plus de truie Duroc dans notre pays. « Pourtant c’est une race sélectionnée en France depuis 40 ans, mais tous les reproducteurs partent en Espagne pour faire des croisements avec les porcs ibériques pour faire du jambon ibérique ». Désavantage de la race, les chaleurs sont moins marquées et les portées plus petites (environ 9 contre 13 pour une race d’élevage industriel).

La ration alimentaire est composée de protéines non OGM : orge, blé, tourteau de colza et de tournesol, en évitant le soja. « Dernièrement on a fait des dalles en béton près des mangeoires, ça limite le gaspillage, car on a toujours de la perte, surtout quand il pleut. J’achète 100 % de mon aliment, ça représente deux tiers de mes charges. C’est donc un levier important » explique l’éleveur.

100 % en vente directe

Pascal veut se tourner vers la vente directe : « mais le plus dur dans ce système, c’est de mettre en lien la production avec la demande ». En 2017, la totalité de sa production (environ 600 porcs par an) est vendue via « La cochon’ail maizièroise », la boucherie créée avec sa fille et son gendre près de l’exploitation. Puis est venue une opportunité : un local très bien placé était disponible au centre de Joinville. L’ouverture de la seconde boucherie en février dernier a permis au personnel de gagner en souplesse et d’augmenter les ventes. « Pourtant, on n’a jamais fait de publicité, le magasin de Joinville n’a même pas d’enseigne » indique Pascal Desanlis.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 28 Août 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2618 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2618 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui