L'Avenir Agricole et Rural 26 août 2021 a 10h00 | Par Actuagri

Des cours de l'agneau à des niveaux inégalés depuis des années

Même si la baisse saisonnière des cours de l'agneau est observée dans toute l'Union européenne, ces derniers demeurent supérieurs de 0,5 EUR/kg à 1 EUR/kg à leurs niveaux de 2020. Par rapport à 2019, les différences de prix sont encore plus importantes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Une renaissance de la filière ovine française se profile en cette période de sortie de crise sanitaire, avec des prix des animaux plus rémunérateurs que les années passées, une hausse des abattages et une concurrence étrangère moins vive. Certes, la consommation de viande ovine au cours des cinq premiers mois de l'année 2021 (66 000 tonnes équivalent carcasse - tec), demeure inférieure de 7 % à celle de 2019, avant la crise sanitaire. Mais dans le même temps l'offre nationale s'est étoffée par davantage d'agneaux abattus en France (+6 % /2020 et +4 % /2019, en volume) alors que les importations de viandes britanniques étaient inférieures de 28 % à leurs niveaux de 2019. Autrement dit, les Français mangent moins de viande d'agneaux mais davantage d'agneaux issus d'élevages français.

Depuis le début de l'année 2021, les cours de l'agneau évoluent au gré des périodes de fêtes religieuses mais à des niveaux de prix bien plus élevés que les deux années passées. « A 7,02 EUR/kg en semaine 27 (se terminant le 11 juillet), la cotation française continue de diminuer de façon traditionnelle en cette période de l'année », analyse l'Institut de l'élevage.

Cette cotation survole néanmoins son niveau de l'an passé de 0,47 EUR/kg et celui de 2019 de 1,11 EUR/kg . Et tout porte à croire que la tendance va durer. Sur le marché britannique, le cours de l'agneau, de 5,46 £/kg, était dans le même temps supérieur de 0,58 £/kg à son niveau de 2020 et de 1,13 £/kg par rapport à 2019 la même période.

L'exception espagnole

En Espagne, aucune baisse des cours n'est observée ce début d'été. Le cours moyen du kilogramme d'agneau plafonne à un niveau très élevé depuis des semaines, sous la barre de 6,50 EUR/kg.
Le marché français de la viande ovine semble s'être durablement contracté, la hausse des importations d'ovins vifs d'Espagne ou de carcasses de Nouvelle-Zélande compensant très succinctement la viande qui n'est plus expédiée du Royaume-Uni et d'Irlande. En fait, l'Espagne exporte en France une partie des ovins qu'elle ne parvient plus à écouler en Libye. Et la Nouvelle-Zélande compense quelque peu la baisse des expéditions de viande vers la Chine (- 13 % en mai 2021 sur un an) en vendant davantage de carcasses en Europe
(+ 15 % au Royaume-Uni,
+ 40 % en France). Mais les quantités vendues sont en volume très limitées. L'Espagne est le seul grand pays producteur et exportateur de viande ovine à afficher un bilan positif depuis le mois de janvier dernier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2667 | août 2021

Dernier numéro
N° 2667 | août 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous