L'Avenir Agricole et Rural 17 juillet 2015 à 08h00 | Par M. ROSSELLE et G. SAGET

Dérobées et production ovine

Concilier grandes cultures et production ovine, tel est l’objectif de la famille Remillon du GAEC de Mariembourg à Guebling en Moselle. Depuis l’an dernier, les associés utilisent une dérobée enrubannée pour l’alimentation de leurs brebis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Venez en apprendre plus sur les dérobées à l’occasion d’une journée portes ouvertes au GAEC de MARIEMBOURG le 1er octobre 2015.
Venez en apprendre plus sur les dérobées à l’occasion d’une journée portes ouvertes au GAEC de MARIEMBOURG le 1er octobre 2015. - © MR

RESEAUX D’ELEVAGE OVIN GRAND EST

Depuis 2012, l’exploitation n’a cessé d’évoluer passant d’une structure individuelle composée de Joseph Rémillon et son épouse Marie, à un GAEC à 4 associés, intégrant les fils Pierre et Florent. A leur installation, 170 ha ainsi qu’un atelier VA ont été repris faisant passer la SAU de 132 à 330 ha. En 2014, la perte de surfaces en herbe a conduit à réfléchir à un autre schéma d’alimentation pour les ovins. Les associés ont alors souhaité introduire des dérobées dans la ration des ovins, composées d’un mélange avoine-pois et récoltées en enrubanné. Par ailleurs, l’exploitation se situe en zone défavorisée et a donc interdiction de laisser les sols nus en hiver. Avec l’utilisation des dérobées comme fourrage, cette contrainte est devenue un réel atout sur l’exploitation.

Un itinéraire technique de la culture adaptée

Le mélange avoine – pois a été semé à l’aide d’un épandeur à engrais fin juillet 2014 derrière un blé avec une densité de 100 kg/ha de pois et 60 kg/ha d’avoine, sur 20 ha, pour un coût de semences fermières de 35 Ä/ha. Il est important de semer au plus vite après la récolte. Après le semis, un passage de rotative, un passage de rouleau et un apport de 30 unités d’azote ont été réalisés. Un tel apport est préconisé pour ce type de mélange. La fauche a eu lieu fin septembre en pleine floraison mais avec encore peu de gousses. Il est important de bien régler la hauteur de la faucheuse pour des coupes hautes. En effet, les terres étant très argileuses, il faut éviter la présence de terre inappropriée pour la conservation du fourrage. Le mélange a été enrubanné et les exploitants estiment que la conservation a été bonne malgré la faible teneur en MS de 39 %. Grâce à une météo favorable, le rendement a été correct avec 2,5 tMS/ha. D’après le Réseau d’élevage ovins du grand Est, la récolte d’une dérobée est économiquement intéressante à partir de 2 t MS/ha. En dessous, il est préférable de faire pâturer ces surfaces par les ovins.

Les atouts agronomiques de cette pratique sont notables puisqu’elle permet une réduction des apports azotés estimés à 20-30 unités pour la culture suivante et évite de laisser les sols nus.

En 2015, la même pratique sera mise en place mais en semis direct tout de suite derrière la moissonneuse.

A la recherche de l’autonomie fourragère et de rations plus économes…

L’utilisation d’enrubanné avoine-pois a démarré au cours de l’hiver 2014-2015, en remplacement de l’enrubanné de luzerne. La quantité totale de dérobées étant insuffisante pour nourrir l’ensemble de la troupe sur toute la période hivernale, il a été distribué uniquement aux brebis ayant mis-bas avant janvier, Les brebis ayant agnelé en début d’année ont alors reçu de l’enrubanné d’herbe.

Le tableau ci-dessous présente les différentes rations distribuées aux brebis en lactation en 2013-2014 et en hiver 2014. Les fourrages sont complémentés par un mélange fermier céréales (orge-maïs) en pur ou avec un correcteur azoté.

La suite de cet article dans notre édition du 17 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

>

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui