L'Avenir Agricole et Rural 11 février 2021 a 09h00 | Par TM

Dégâts de grues : les indemnisations maintenues, mais pour combien de temps ?

Le Conseil Régional avait annoncé ne pas indemniser les dégâts de grues cendrées à hauteur de 80 % comme les années précédentes, mais à 50 %. La FDSEA s’est battue pour que les indemnisations soient maintenues. Entretien avec Bruno Jaquet, président FDSEA du canton de Montier-en-Der.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L’Avenir Agricole et Rural : Quelle est l’étendue des dégâts des grues cendrées autour du lac du Der et en Haute-Marne ?

Bruno Jaquet : Les dégâts de grues en Haute-Marne ont lieu autour du lac du Der, particulièrement au mois de novembre. Lors de leur migration, les grues s’arrêtent et mangent les semences. De plus, comme la terre est argileuse et qu’elles sont en groupe, elles tassent la terre. Si jamais il pleut il y aura beaucoup de dégâts car la terre sera colmatée.

L’eau ne peut plus s’infiltrer, ce qui fait pourrir les semis. Les dégâts peuvent coûter jusqu’à 1000 euros pour un exploitant. Pour la saison 2019/2020, 8 exploitations ont déposé un dossier pour être indemnisées, ce qui représente 40 ha. La Haute-Marne représente 25 % de l’enveloppe régionale. 58 dossiers ont été ouverts sur le Grand Est, soit environ 155 ha.

Heureusement il y a des années où il y a très peu de dégâts, il suffit que les grues ne restent que 4 jours au lieu d’un mois. Dans la Marne, les agriculteurs ont la chance de pouvoir repousser leurs semis d’orge de printemps quand ils savent que les grues vont passer. Mais dans le Der, nous n’avons pas le choix, ça doit être semé le jour J car s’il pleut le lendemain il faudrait attendre 2 ou 3 semaines

AAR : Le 4 décembre lors de la réunion du comité de pilotage auquel participait la FDSEA, la Région a annoncé une baisse des aides. Quelle a été votre réaction ?

BJ : Une véritable douche froide ! Le Conseil Régional voulait réduire l’enveloppe à 105 000 €. Les dégâts causés par les grues n’auraient été payés qu’à hauteur de 50 %.
Suite à cela, nous avons rencontré l’élu régional Jean-Jacques Bayer, ainsi que Laurent Gouverneur, conseiller départemental et président du syndicat du Der, pour exprimer nos inquiétudes. J’ai apprécié notre entretien. Nous avons bien échangé et ils ont compris le problème. Ils vont dans notre sens et nous soutiennent.

AAR : L’agrainage est-il une solution ?

BJ : Il y a une ferme à Saint Rémy en Bouzemont dans la Marne qui agraine au printemps. L’agrainage est une bonne solution au printemps car les grues mangent et repartent aussitôt car elles retournent dans les pays de nidification. Mais ce n’est pas une bonne solution en hiver. Pendant cette période elles vont vers les pays chauds. Si on agraine et que l’hiver est doux, elles vont rester sur place et faire des dégâts. L’agrainage peut aussi attirer les sangliers, dont la population est déjà exorbitante. Avec autant de nourriture à un endroit ils peuvent venir et faire aussi de gros dégâts. On peut se retrouver avec deux problèmes.

AAR : Quels peuvent être les leviers ?

BJ : J’aimerais bien que l’on trouve une solution. Dans les années 70, il y avait 45 000 grues. On a protégé la grue et c’est une très bonne chose car sinon elle aurait disparu. Mais aujourd’hui la population est aux alentours de 700 000 oiseaux. L’hiver dernier on a même recensé 260 000 grues en une seule journée. Là on peut se poser des questions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2657 | juin 2021

Dernier numéro
N° 2657 | juin 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous