L'Avenir Agricole et Rural 07 novembre 2019 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

DEGATS DE GIBIERS ET NUISIBLES : IL FAUT LES DÉCLARER

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si l’administration ne reçoit aucune déclaration sur ces espèces, elle ne les classera pas en nuisibles.
Si l’administration ne reçoit aucune déclaration sur ces espèces, elle ne les classera pas en nuisibles. - © JLB

Que l’on soit éleveur ou cultivateur, et même à titre particulier, nous avons tous à diverses occasions à subir des dégâts ou des nuisances de la part de la faune sauvage, c’est la nature qui vit et nous subit elle aussi. Ce qu’il faut, c’est trouver un équilibre entre elle et nous.

 

Les nuisances et dégâts sont très variables selon les espèces qui en sont à l’origine.

Nous connaissons tous les ravages que peuvent faire les grands ongulés -cerfs et sangliers - dans les cultures et en particulier dans les maïs ; en général, dans ces cas-là des déclarations de dégâts sont faites auprès de la Fédération de Chasse départementale et donnent lieu à des indemnisations.

Mais de nombreuses espèces peuvent nuire et nous ne pensons pas nécessairement à le faire savoir aux instances en charge de leur contrôle. Cela peut être des nuées d’étourneaux, de corneilles, des pies,... qui viennent consommer les récoltes de fruits (cerises, raisins,...) ou simplement s’installer pour la nuit et salir de leurs fientes les installations et éventuellement transmettre des maladies aux élevages. Cela peut être des sauvagines (fouines, martres, renards, blaireaux,...) qui viennent massacrer des volailles, lapins, agneaux ou s’installer dans nos bâtiments ou cultures et les endommager. Cela peut être des chevreuils, des lapins, des lièvres, des ragondins,... qui broutent les plantations d’arbustes ou de légumes. Et évidemment, il y a le loup qui est de retour avec de gros dégâts possibles sur les troupeaux.

La plupart du temps, on râle, on essaie de se protéger et de se parer contre ses nuisances, sans rien déclarer. Erreur ! Il faut déclarer : non pas pour être indemnisé, mais surtout pour faire savoir que telle ou telle espèce cause des dégâts et qu’ainsi l’administration prenne ses responsabilités et mette en place des solutions. Si l’administration ne reçoit aucune déclaration sur ces espèces, elle ne les classera pas en nuisibles. Utilisez donc aussi souvent que nécessaire le formulaire d’attestation de dommages proposé par la Fédération de Chasse, l’Association des Piégeurs agréés et la DDT (téléchargeable ici :

http://grandest.confederationpaysanne.fr/sites/15/articles/documents/attestation.pdf).

Les solutions sont diverses selon les espèces : pour les gibiers, les plans de chasse vont être adaptés, des clôtures vont être installées, des battues d’effarouchement réalisées... Pour les sauvagines et oiseaux : du piégeage, de l’effarouchement effectué, et surtout les espèces qui font de nombreux dégâts seront inscrites et/ou maintenues sur la liste des nuisibles, ce qui autorise leur régulation par les Piégeurs agréés et même par vous sur vos propriétés en respectant les règles (voir avec l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ou la Fédération de Chasse du département).

Et pour les représentants départementaux des syndicats, il est essentiel d’aller en CDCFS (Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage) : c’est l’endroit idéal pour faire savoir à la DDT, l’ONCFS et la FDC ce que subissent les Paysans et ainsi engager les solutions pour un bon équilibre de la biodiversité dans nos campagnes.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2573 | novembre 2019

Dernier numéro
N° 2573 | novembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui