L'Avenir Agricole et Rural 25 avril 2013 à 10h42 | Par L'Avenir Agricole et Rural

DEGATS DE GIBIER - La FDC bouche le trou... pour le moment

La Fédération Départementale des Chasseurs a réalisé un résultat historique de près de 1 M€ sur le compte dégâts mais elle prend des mesures pour responsabiliser davantage les chasseurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La FDC pèse 3,1 M€ de Chiffre d’Affaires dont 2,1M€ pour le compte dégâts de gibier qui doit faire l’objet d’une comptabilité séparée.

 

Moisson de bons résultats financiers

François MOISSON avait le sourire en annonçant un résultat global de 940 000 généré presque exclusivement par le compte «dégâts» (+ 938 000 ), puisque le compte du «service général» est quasiment équilibré (+ 2000 ). Cela est dû à la baisse vertigineuse des dégâts qui s’élèvent (seulement) à 425000 en 2011-2012 (*) contre 1 225000 l’année précédente. Cette situation est en grande partie due aux bonnes fructifications forestières de 2010 et 2011 et au retournement des cultures gelées au printemps 2012. L’embellie ne va malheureusement pas durer. Tout d’abord parce que les surfaces 2012 en maïs grain  ont beaucoup augmenté et à cause de l’absence de nourriture en forêt. La FDC s’attend à un niveau de dégâts comparable à celui de 2010-2011, soit environ 1,2 M.

C’est pour cette raison que les chasseurs ont sagement décidé de ne pas reprendre  les 300 000 qui avaient été transférés l’an dernier du compte «service général» vers le compte «dégâts».

Les chasseurs profitent aussi de cette éclaircie financière pour mettre en place un nouveau système de financement responsabilisant davantage les adjudicataires.

(*) du 1er juillet au 30 juin en retenant les dates de déclaration des dégâts

 

Un bracelet sanglier à 25 Euros

Thomas Corvasce a exposé le nouveau dispositif mis en place par un groupe d’adjudicataires dits représentatifs. L’objectif est d’instiller plus de responsabilités et de diminuer, par voie de conséquence, la mutualisation. Pour cela il faut :

déterminer des territoires (ils existent déjà avec les 42 Unités de Gestion)

Evaluer les recettes et dépenses sur chacun de ces territoires avec des données récentes et partagées,

faire contribuer les adjudicataires locaux avec une surcotisation sur les bracelets sangliers.

Les chasseurs paieront leur surcotisation sanglier en venant chercher leur première attribution courant septembre. Celle-ci sera payée en bloc en fonction du bilan financier de leur zone et du nombre de bracelets attribués individuellement en année n-2 (donc 2011) pour coller avec le dernier exercice comptable connu (2011-2012). A noter que, le nouveau dispositif supprime l’ancienne cotisation de 0,75 €/ha de bois et 0,15 €/ha de plaine.

 

Tous gagnants … cette année

Les simulations démontrent que toutes les Unités de Gestions seront gagnantes cette année. Les adjudicataires peuvent d’ailleurs le vérifier en consultant une calculette sur le site de la FDC, mais Thomas CORVASCE conseille de thésauriser car la donnée «dégâts» ne sera pas toujours aussi favorable (pour rappel le calcul a été fait sur la base de 484 000 ci-contre).

Autrement dit, pour être gagnant à long terme les chasseurs ont intérêt à faire baisser les dégâts pour tous moyens (prévention et pression de chasse). Ils en verront désormais plus directement le résultat et c’est évidemment la seule politique «gagnant-gagnant» avec le monde agricole qui n’attend que cela.

 

Le fond du problème n’est pas réglé

La crispation sur l’agrainage était encore bien perceptible mais le Préfet a courageusement fait front en expliquant que la Haute-Marne était ciblée au plan national comme une zone sensible  avec des dégâts élevés (sauf l’exception de l’an dernier) et un tableau de chasse très élevé. Il a salué l’effort de réalisation fait cette année (70 % contre 63 % en 2011) mais il estime qu’il devrait être au moins de 80 %. Se déclarant lui-même chasseur, il considère que les chasseurs ont la clé de la solution et il les a implorés de «l’aider à réguler». Il réunira prochainement tous les acteurs afin de rechercher des compromis pour la prochaine campagne qu’il aborde «sans a priori, notamment sur l’agrainage».

 

Départ du Président et de la Directrice

Jean Marie HUGUENIN, administrateur depuis 1981, cessera ses fonctions le 30 Juin après 9 années de présidence, au cours desquelles il a eu gérer une abondance de sangliers … et de problèmes. Patrick LHUILLIER lui a rendu un hommage appuyé pour ses qualités de gestionnaire (il termine sur un excellent résultat !) et de rassembleur dans une période plutôt chaotique. Ensemble ils ont évoqué avec nostalgie la chasse de leur jeunesse, une «chasse cueillette», une «chasse plaisir», loin du business et du réglementaire actuels.

Guy ROUX tire aussi sa révérence après 16 années de fonction d’administrateur. Thomas CORVASCE a souligné la justesse et le réalisme de ses avis toujours emprunts de bon sens... agricole évidement !

Lucette PELLIGRINI quitte aussi la FDC qui était sa seconde maison depuis près de 43 années, dont les 15 dernières en qualité de Directrice. Elle est remplacée dans cette fonction par Charlette CHANDOSNé qui assurait cette fonction au sein de la Fédération Régionale de Franche Comté.


 

La nouvelle gestion du fonds «dégâts de gibier»

 


En chiffres pour 2013

 


Les dépenses :

Par Unité de Gestion Globalement en n-1

(soit 2011-2012)

- Indemnisations versées aux agriculteurs

en n-1 (2011-2012) 484 000 €

- Frais des estimateurs 142 000 €

- Coût des équipes de clôtures

(proratisé selon la longueur) 86 000 €

- Subventions prévention versées

aux GIC et sociétés de chasse 147 000 €

- Prix d’achat de bracelets

(cervidés et sangliers) 46 000 €

- Frais généraux (selon surface pondérée*) 245 000 €

- Achat de clôtures (selon longueur) 48 000 €

Soit un total de 1  200 000 environ

 

 

Les recettes :

Par Unité de Gestion Globalement en n-1

(soit 2011-2012)

- Bracelets cervidés 507 000 €

- Bracelets sangliers 335 000 €

- Produits divers et

(proratisés /Surface pondérée*) 128 000 €

(fonds cynégétique national)

- Timbres grand gibier (15 €) proratisés

par rapport à l’indemnisation des dégâts 104 000 €

Soit environ 1 070 000 .

 

 

La FDC ajoute 230 000 de surcotisations qui seront demandées aux adjudicataires en fonction du solde de leur Unité de Gestion

Soit un total de recettes 1 300 000 environ

 

La FDC se réserve une petite marge de trésorerie de 0,1 M€ (1,3 M€ - 1,2 M€). En cas d’insuffisance, elle fera éventuellement un court terme dans l’attente de l’encaissement de la surcotisation.

(* 1 ha = 5 ha de plaine )



 



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

>

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui