L'Avenir Agricole et Rural 24 septembre 2015 à 08h00 | Par Pole elevage

De la nouveauté dans vos élevages !

A partir de cet automne, la Chambre d’Agriculture de Haute-Marne vous propose un nouveau service. En plus de vos traditionnels résultats contrôle laitier, une nouvelle information vous sera apportée, la note de risque en Acétonémie CetoMIR.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
1 élevage sur 2 a 10 % d’animaux à risque dans son troupeau et 12 % des élevages en plus de 30 % d’animaux malades.
1 élevage sur 2 a 10 % d’animaux à risque dans son troupeau et 12 % des élevages en plus de 30 % d’animaux malades. - © Reussir

Vous avez dit Acétonémie ?

L’acétonémie est une maladie métabolique qui résulte d’un déficit énergétique trop marqué en début de lactation. Elle peut aussi faire suite à toute autre maladie ayant provoqué une chute d’appétit (métrite, mammite, boiterie…).

Elle est caractérisée par la présence en excès de corps cétoniques dans le sang : Acétone, Acétoacétate et Béta-Hydroxyde Butyrate (BHB). Leur présence en trop grande quantité indique que la vache ne mange pas assez pour combler ses besoins, elle perd du poids et produit moins de lait. L’organisme tente alors de compenser en mobilisant les graisses corporelles mais au-delà d’un certain point, le foie ne parvient plus à métaboliser adéquatement les réserves mobilisées, ce qui donne lieu à la production de corps cétoniques en grande quantité dans le sang, le lait et les urines. C’est ce que l’on appelle l’acétonémie.

La conduite alimentaire générale du troupeau et la gestion du tarissement et des transitions alimentaires en particulier constituent souvent des facteurs favorisants.

Qui est concerné par l’acétonémie ?

Une étude réalisée en Alsace sur des Prim Holstein durant l’hiver a montré que près de 3 % des animaux seraient touchés par sa forme clinique, et plus de 10 % par sa forme subclinique, ce qui est conforme avec les études scientifiques présentées en France.

Toutes les races sont touchées par la maladie mais la Prim’Hostlein semble plus sensible que les autres, du fait de son niveau de production laitière plus élevé.

Par ailleurs, tous les troupeaux ne sont pas touchés de la même manière. Si une minorité des élevages (8 %) ne sont pas du tout touchés par l’acétonémie, un tiers ont entre 10 et 20 % d’animaux touchés dans leur troupeau, et 12 % ont plus de 30 % d’animaux en acétonémie.


Quelles sont les conséquences de l’acétonémie ?

Dans le cas où la déviation métabolique reste modérée, seule une acétonémie subclinique se développe, avec pour unique répercussion une baisse de la production laitière pouvant aller de 1 à 7 kg/jour.

Si la déviation est importante, les symptômes de l’acétonémie clinique (amaigrissement rapide, perte d’appétit, chute jusqu’à 25 % de la production, et parfois une odeur d’acétone dans l’haleine ou dans le lait) apparaissent progressivement et les impacts deviennent plus importants (jusqu’à 300 kg de perte en lait sur une lactation).

De nombreuses études ont aussi montré que lorsqu’une vache est en acétonémie, le taux de réussite en première IA est divisé par 2, le nombre de métrites multiplié par 3 et la fréquence des caillettes augmentée de 4 à 8 fois. Les comptages cellulaires et les boiteries sont également plus importants chez des vaches en acétonémie.

Il paraît donc intéressant de connaitre le statut de son troupeau à chaque contrôle pour réaliser un diagnostic précoce, limiter les impacts de la maladie et à terme revoir ses pratiques d’élevage si nécessaire. C’est ce qu’offre le nouveau service CetoMIR.

Le service CetoMIR sera gratuit pendant 3 mois pour tous les adhérents à partir d’Octobre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui