L'Avenir Agricole et Rural 27 juillet 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

De gros écarts de rendement

La collecte est déjà quasiment terminée, confirmant la particularité de cette campagne à savoir sa précocité. Les organismes stockeurs Sepac et Emc2 dressent un bilan mitigé, mais qui reste à affiner.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Reussir

Jean-François Ferrand, responsable collecte chez Sepac

Au terme de 4 semaines de récolte, la collecte est engrangée à 95 %, il reste encore quelques parcelles de colza et 30 % des orges de printemps à faucher. Le potentiel mis en place, depuis l’automne, dans les terres argilo-calcaires était prometteur. Mais finalement, les dégâts engendrés par le gel printanier et l’échaudage de fin de cycles en terres superficielles et argileuses ont eu un impact dépressif sur les rendements et sur les qualités des productions du Barrois. Sans embellie tarifaire significative, le revenu agricole céréalier va souffrir une année de plus. Une des caractéristiques de l’année est un taux de protéines élevé en céréales. Des reliquats azotés élevés en sortie d’hiver combiné à une minéralisation tardive interrompue par un échaudage brutal en est l’explication. En terres superficielles ou les rendements sont les plus bas, la concentration est amplifiée.

rieure à la moyenne décennale, les orges d’hiver conservent un intérêt agronomique dans nos assolements, au vu de l’hétérogénéité de la récolte des brasseries de printemps. Les rendements en Etincel oscillent de 40 à 65 Qx avec un très bon calibrage pour une teneur en protéines comprise entre 11.5 % et 12 %.

 

 

Joël Zehr, responsable de région sud Emc2

Les amplitudes de rendement sont des informations faciles à obtenir, nous les collectons grâce à nos données du terrain : adhérents, chefs de silos, techniciens. Tous ces résultats nous permettent d’approcher une moyenne, mais qui sera dans tous les cas à affiner en fin de moisson. Cette moyenne ne sera pas forcément définitive, mais le sera réellement en fin de campagne, quand tous les stockages et les livraisons seront réalisés ; elle se construit dans le temps.

Les orges d’hiver sont complètement moissonnées et le rendement moyen semble être sensiblement inférieur aux premières estimations. La moyenne se situera vers la fourchette basse de 55 Qx.

La première estimation sur les blés fauchés avant pluie était de 65 Qx. On aurait pu penser que cette moyenne allait être améliorée, mais la période pluvieuse a eu une incidence sur le PS. La moyenne devrait rester autour de ce niveau, mais au sein de ce résultat se cache des écarts très importants, de moins de 40 à plus de 70 Qx.

Vu le niveau d’avancement des colzas aujourd’hui, 2 017 restera une des années à un rendement plus satisfaisant. La moisson des colzas étant terminée à 93 %, la moyenne devrait se situer entre 36 et 38 Qx. On constate moins d’amplitude de rendement en colza que dans les autres cultures, même si, dans certains cas, il existe plus de 10Qx de différence.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 28 juillet 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2457 | août 2017

Dernier numéro
N° 2457 | août 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui