L'Avenir Agricole et Rural 20 février 2020 à 09h00 | Par T. MORILLON

De bonnes performances et des qualités bouchères

Le syndicat des éleveurs de Simmental a organisé leur assemblée générale à Esnoms au Val le 29 janvier. Les effectifs restent stables et la race confirme ses excellentes performances. Après une présentation de la filière Langres et Epoisses, le public est allé visiter le Gaec de la Ferme du Val.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le GAEC de la ferme du Val possède un cheptel de 140 vaches et réalise du séchage en grange.
Le GAEC de la ferme du Val possède un cheptel de 140 vaches et réalise du séchage en grange. - © AC DELARUE

Même si la présidente du syndicat Annette Richard accueille les adhérents avec le sourire, elle a exprimé le mal-être de la profession qui a subi une deuxième année de sécheresse. « Plus les années passent et plus gagner sa vie en élevage est une utopie ». Heureusement les qualités bouchères de la race sont un très bon atout qui est en train de faire la différence. « Notre filière viande va se structurer, les restaurateurs réclament de la Simmental française et les négociants viennent taper aux portes de nos élevages. Je voudrais mettre mon énergie avec ceux qui souhaitent mieux valoriser leurs animaux. L’idée est de créer une sorte de label Simmental ».

Grosse présence des Haut-Marnais

16 éleveurs de différents départements ont participé à une formation « Juge » au Gaec St Hubert à Pierrefontaines. Un évènement qui sera certainement renouvelé. Les éleveurs haut-marnais ont participé au Show open génisses au lycée agricole de Choignes où 9 élevages ont apporté 32 génisses. 9 élevages ont présenté 45 animaux à la foire de Montigny, l’évènement incontournable de la race. On notera également la présence remarquée d’un groupe d’éleveurs haut-marnais, côte-d’Oriens et alsaciens à Agrimax.

La concurrence de l’Emmental

Alexandra Jacquot, animatrice du syndicat de défense de l’Époisses et du Langres a retracé l’histoire des deux AOP du sud du département. « Le Langres était un fromage exclusivement fermier. Au XXe siècle l’arrivée des fromagers suisses, qui imposent l’emmental, font péricliter le Langres » explique-t-elle. Le syndicat de défense du Langres est créé en 1981, ce qui permettra d’obtenir l’AOC 10 ans plus tard. La production du fromage est en constante progression, passant de 300 t en 2000 à 631 t en 2018. Au total ce sont 8 000 000 de litres de lait qui sont collectés dans 23 fermes par trois fromageries : Schertenleib, Germain et le Gaec des Barraques (le seul Langres fermier et au lait cru). L’Époisses est un fromage très ancien. On en trouve des traces écrites en 1386 et son nom est utilisé pour la première fois en 1775. Lui aussi était essentiellement fermier et a souffert de la vague de production d’Emmental au XXe siècle. En 1968 le syndicat de défense est créé et l’AOC est reconnue en 1991. Berthaut, Gaugry, Germain et le Gaec des Marroniers (le seul Époisses fermier) fabriquent le fromage affiné au marc de Bourgogne.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 21 Février 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2607 | juillet 2020

Dernier numéro
N° 2607 | juillet 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui