L'Avenir Agricole et Rural 23 janvier 2020 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Cotiser au GDS... Oui, mais pourquoi ?

Si la mission initiale des GDS était de contribuer à l'amélioration de l'état sanitaire des cheptels français, au regard de la brucellose et tuberculose notamment, les actions des GDS n'ont cessé d'évoluer pour s'orienter vers des missions de prévention et de formation. En somme, l'action du GDS peut être définie par deux missions : le conseil technique et les missions déléguées et confiées par l'État.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis peu, le GDS réorganise des réunions techniques.
Depuis peu, le GDS réorganise des réunions techniques. - © GDS

Le Groupement de Défense Sanitaire de la HauteMarne est une association loi 1901, agréée par le ministère de l'Agriculture en 1954. Comme toute association, l'adhésion au GDS est un acte volontaire, même si nous ne pouvons que conseiller aux éleveurs d'y participer. Regroupant les éleveurs adhérents, à jour de leur cotisation, le GDS est une organisation professionnelle d'élevage, dirigée par des éleveurs, pour les éleveurs.
Adhérer au GDS : Chaque année, vous recevez un appel de cotisation au GDS. Que l'on soit adhérent ou non au GDS, les missions déléguées seront assurées, puisque celles-ci sont obligatoires. Les personnes ne souhaitant pas être adhérentes au GDS doivent le notifier par écrit (mail, courrier ou fax) et recevront alors une facture d'ASDA et prestation, ainsi qu'une facture BVD, puisque le GDS ne prend pas en charge les coûts liés à la BVD pour les non adhérents. Les adhérents au GDS bénéficient d'aides techniques et financières supplémentaires. Aucune de nos visites ne sera facturée aux éleveurs. Une fois l'adhésion prise, vous bénéficierez d'autant de visites que nécessaire. De plus, des aides financières vous sont versées directement ou indirectement :

Aides directes et aides indirectes

Le conseil technique : Il s'agit de notre coeur de métier. Le conseil technique est un travail quotidien réalisé par l'ensemble de l'équipe du GDS. Cela s'étend du conseil téléphonique, sur des questions sanitaires, à la mise en place de plan chez vous afin de vous aider à lutter contre une pathologie.
- Visites de terrain : afin d'être toujours plus proches de vous dans vos diverses démarches, 3 techniciens ont été embauchés. Ces 3 techniciens sont répartis géographiquement sur le terrain :


Benoit VENIER : technicien qui s'occupe du secteur Nord du département, dans les cantons de St Dizier, Montier en Der, Wassy, Chevillon, Joinville, Doulevant le Château, Doulaincourt-Saucourt, Andelot-Blancheville, Saint Blin.
Amarin MAXANT : apprenti ingénieur en formation, qui gère la partie centre du département. Il s'occupe des cantons de Juzennecourt, Vignory, Châteauvillain, Chaumont, Nogent, Clefmont, Bourmont, Val de Meuse et Bourbonne-les-Bains.
Annaelle BURKHARD : technicienne sur le secteur Sud Haute-Marne. Présente sur les cantons d'Arcen-Barrois, Auberive, Langres, Longeau-Percey, Prauthoy, Terre-Natale, Neuilly l'Evêque, Laferté sur Amance, Fayl-Billot.

Les missions déléguées du GDS 52 : Que vous soyez adhérent au GDS ou non, le GDS effectuera pour vous ces missions. Les missions déléguées sont les missions que l'État, par le biais de la DDCSPP, nous a confiées. Il s'agit ici, entre autres, de deux grandes missions : la gestion des introductions et les prophylaxies bovines. Chacune de ces deux missions est explicitée.

La gestion des introductions Comme vous le savez, lors d'une introduction, des prises de sang sont à réaliser afin de vérifier que les bovins introduits soient négatifs vis-à-vis de certaines pathologies. Les prises de sang sont à effectuer entre 15 et 30 jours après l'introduction, quel que soit l'âge du bovin.
Le GDS, quant à lui, intervient dans la vérification des analyses et des résultats. Plusieurs étapes interviennent dans ce suivi :
- Respect des délais : pour chaque introduction, votre GDS vérifie la provenance des animaux et le statut des cheptels vendeurs et acheteurs afin de savoir quelles maladies doivent être testées, ainsi que les délais de sortie et rentrée des animaux. Enfin, le GDS vérifie que les prises de sang aient été faites dans les délais impartis.
- Les maladies testées : aujourd'hui, seul l'IBR est soumis à une obligation de dépistage (hors dérogation). La tuberculose et la brucellose (pour les bovins de plus de 24 mois) sont également à réaliser si le délai de transport est supérieur à 6 jours. Afin de poursuivre l'éradication de la BVD dans notre département, le GDS recommande fortement de réaliser les analyses PCR à l'introduction afin de ne pas introduire de bovin viro positif (coût de cette analyse : 6,62 Euros, pris en charge à 50 % par le GDS). Le GDS doit donc vérifier que les analyses nécessaires sont convenablement réalisées avant de valider toute introduction. Si une analyse s'avère être manquante ou présente une anomalie, vous et votre vétérinaire sanitaire recevrez alors un courrier afin de vous informer. Les ASDA seront mises de côté en attendant la régularisation de la situation.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 24 janvier 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2593 | mars 2020

Dernier numéro
N° 2593 | mars 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    05-03-2020 | L'Avenir Agricole et Rural

    Prédation

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui