L'Avenir Agricole et Rural 14 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CONSEIL REGIONAL D'ALSACE LORRAINE CHAMPAGNE ARDENNE : RICHERT CONFIRME, MANGIN À L'AGRICULTURE

La nouvelle région Grand Est en ordre de bataille. L’alsacien Philippe Richert a été élu président. Il s’est entouré de quinze vice-présidents, dont six lorrains. Philippe Mangin obtient la Ruralité et l’Agriculture dans ses attributions. La marnaise Pascale Gaillot présidera la commission Agriculture et Forêt.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Richert : «Je serai le président du rassemblement».
Philippe Richert : «Je serai le président du rassemblement». - © PAYSAN LORRAIN

La session d’installation du Conseil régional de la nouvelle région Grand Est s’est déroulée dans l’hémicycle Adrien Zeller, à Strasbourg, le 4 janvier. Sans surprise, Philippe Richert (Union de la droite) a été élu président de cette assemblée. Il a obtenu 102 voix sur 168 votants, 46 suffrages se sont portés sur la candidature de Florian Philippot, chef de file du Front National et 20 bulletins blancs ont été dénombrés (ceux de l’Union de la Gauche (19) plus celui de Philippe Richert).

Quinze-vice-présidents

Installé dans son fauteuil de patron de l’exécutif de l’Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne (Alca) fusionnées, le leader alsacien sortant n’a pas pu masquer son émotion. «Votre confiance n’est pas un blanc-seing, elle m’oblige, je serai le président du rassemblement» a promis d’entrée Philippe Richert. Cette façon d’être, il veut l’exercer «avec les territoires, les bonnes volontés et au-delà des clivages», confirmant qu’il se consacrerait entièrement à sa tâche, sans exercer d’autres mandats. Il veut faire du Grand Est un «laboratoire de la démocratie territoriale», en organisant notamment la consultation des citoyens. Ce sera notamment le cas prochainement pour déterminer le nom définitif de la Région. Philippe Richert a par ailleurs tracé «le cap» des six ans à venir qui se résume par quatre mots-clés : la proximité, la responsabilité, l’efficacité et l’ambition d’efficacité. La réduction du montant des indemnités des élus et la nomination d’un «déontologue» ont été annoncés, de même que des investissements dans le ferroviaire et le numérique. Le maintien des trois hôtels de région est confirmé et la tenue des sessions se déroulera à Metz à partir du mois de mai.

Quinze vice-présidents ont été élus. Ils forment un ensemble savamment composé, respectant les multiples équilibres de territoires, ainsi que la quasi parité (7 femmes et 8 hommes). Le premier d’entre eux n’est autre que le président du Conseil départemental de Moselle, Patrick Weiten, en charge des coopérations territoriale et transfrontalière.

 

Proches du monde paysan

Cinq autres lorrains accèdent également à une vice-présidence: les meurthe-et-mosellanes Valérie Debord (4e, Démocratie territoriale et Enseignement supérieur) et Véronique Guillotin (14e, Sécurité, Santé, Handicap) ; le vosgien Gérard Cherpion (7e, Emploi, Formation, Apprentissage) ; la mosellane Nicole Muller-Becker (10e, Développement du multilinguisme) ; et le meusien Philippe Mangin (13e), représentant du monde paysan par excellence auquel reviennent la Ruralité et l’Agriculture. Les quarante autres membres de la Commission permanente ont par ailleurs été désignés dont 15 élus Front National et 6 de la Gauche. Trois vice-présidents viendront épauler Philippe Richert, au sein d’un bureau exécutif : Valérie Debord, le haut-rhinois Jean Rottner et l’ardennais Jean-Luc Warsmann.

Une quinzaine de commissions thématiques ont été instituées. L’une concernera plus particulièrement l’Agriculture et la Forêt. Elle a été confiée à l’Ardennaise Pascale Gaillot, précédemment directrice de la Chambre d’agriculture de Champagne-Ardenne. Elle constituera le deuxième pilier sur lequel le monde agricole souhaitera s’appuyer, aux côtés de Philippe Mangin. Les viticulteurs, dont l’activité est majeure en Alsace et en Champagne n’ont pas été oubliés puisqu’une délégation a été attribuée à la champenoise Rachel Paillard. Une autre délégation n’aura sans doute pas échappé aux décideurs agriculteurs, celle de la vosgienne Véronique Matthieu qui écope des Fonds européens.

Au titre de l’ouverture présidence de la commission des finances sera proposée à l’opposition de gauche qui n’avait pas encore structuré son groupe le jour de l’installation.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2421 | décembre 2016

Dernier numéro
N° 2421 | décembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui