L'Avenir Agricole et Rural 28 mars 2013 à 11h22 | Par Jean-Louis BLONDEL

Conseil d’Administration de la FDSEA - Thierry LAHAYE, Président

Comme il l’avait annoncé, Christophe FISCHER a remis sa démission de la présidence de la FDSEA lors du conseil d’administration du 22 mars. Thierry LAHAYE a été élu ainsi que Cyril MOUSSU en qualité de Secrétaire Général. Ce nouveau tandem, issu du réseau JA, est en place jusqu’au prochain renouvellement des administrateurs qui aura lieu en 2014.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après avoir fait le point sur la situation syndicale de la FDSEA qui s’avère conforme aux prévisions, Christophe FISCHER a remis sa démission suite à son élection à la Présidence de la Chambre d’Agriculture. Paul MARECHAL, doyen d’âge,  a pris le relais temporairement pour le bon respect des dispositions statutaires.

Un nouveau bureau pour un an

Thierry LAHAYE s’est déclaré candidat après avoir été sollicité par plusieurs administrateurs et avoir bien évalué l’importance de ce nouvel engagement syndical dont il connaît les exigences de par ses responsabilités récentes au sein des Jeunes Agriculteurs. Aucun autre candidat ne s’étant déclaré il a été procédé au vote à bulletin secret comme l’exigent les statuts. Sur 30 votants et 26 suffrages exprimés, Thierry LAHAYE a obtenu 25 voix. Le Conseil d’Administration a profité de ce renouvellement partiel pour accéder à la demande de Sébastien RIOTTOT, actuellement Secrétaire Général, d’abandonner une partie de ses responsabilités afin de se consacrer davantage à sa nouvelle fonction de Vice Président d’EMC2. Cyril MOUSSU, Président du canton de NOGENT, a bien voulu accepter d’assurer cette succession. Une nouvelle élection à bulletin secret l’a confirmé dans cette fonction avec 26 voix sur  27 exprimées. Quant à Sébastien RIOTTOT, il reste au bureau en qualité de Secrétaire Général Adjoint avec 30 voix sur 30.  Il est à noter que le nouveau Président de la Chambre d’Agriculture restera membre invité du Bureau comme cela a toujours été. En 2014 la FDSEA sera en année élective avec renouvellement des présidents cantonaux et des délégués d’arrondissement ce qui générera l’élection d’un nouveau bureau. Christophe FISCHER a déclaré avec émotion qu’il avait pris beaucoup d’intérêt dans l’exercice de son mandat syndical qu’il n’avait pas imaginé aussi bref. Il assure la nouvelle équipe de tout son soutien en espérant qu’elle pourra encore améliorer la représentativité syndicale qui est en constante progression mais qui dispose encore d’un grand potentiel.

Il souhaite que la Chambre d’Agriculture et la FDSEA travaillent main dans la main notamment sur les enjeux environnementaux et ruraux qui prennent une place de plus en plus importante dans le quotidien des exploitations agricoles.

Thierry Lahaye, 37 ans à gauche et Cyril Moussus, 34 ans ont été respectivement élus président et secrétaire général.
Thierry Lahaye, 37 ans à gauche et Cyril Moussus, 34 ans ont été respectivement élus président et secrétaire général. - © JLB

La réforme de la PAC ne doit pas malmener les zones intermédiaires

Le Conseil d’Administration a analysé le dernier compromis du Conseil des Ministres de l’Agriculture des 18 et 19 mars dernier. Il en ressort une certaine inquiétude quant au sort des zones intermédiaires qui pourraient faire les frais d’une forte amputation de l’enveloppe réservée aux DPU. En effet, si l’on ajoute l’augmentation du taux de recouplage et la surprime des 50 premiers hectares, les départements à grandes structures d’ exploitation pourraient être fortement pénalisés. Quant à la convergence des aides, elle n’aura pas globalement d’impact sur la Ferme Haute-Marne, puisque le niveau d’aides directes est à peu près équivalent à la moyenne nationale mais il en sera différemment des situations individuelles. La FDSEA prend acte de la convergence limitée à 10 % la première année (2015) sachant que le verdissement à 30 % est aussi une forme de convergence puisqu’il se fait sur la base d’une enveloppe nationale. Le Conseil est en revanche très inquiet au sujet de la majoration des 50 premiers hectares. Le Ministre a enfourché ce cheval de bataille pour «réorienter les soutiens vers les petites exploitations à plus forte intensité en main-d’œuvre». Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions surtout si le ministre n’est pas en mesure de prendre en compte toutes les unités de main-d’œuvre. La FDSEA de Haute Marne fait d’ores et déjà le constat qu’une partie des associés de GAEC n’ont pas de transparence PAC, qui l’en est de même des associés d’autres sociétés  ainsi que des conjoints d’exploitants individuels sans compter les 520 emplois salariés à temps plein. En conséquence, un double actif qui fait 50 ha en travaux d’entreprise comptera pour 1 comme un couple en EARL avec un salarié. Le premier, s’il exploite 50 ha bénéficiera à plein de la surprime, les seconds seront pénalisés si leur exploitation fait plus d’une centaine d’hectares. Il serait impensable que le ministre puisse cautionner une telle absurdité et ce risque sera signalé lors du prochain congrès de la FNSEA. Le Conseil d’Administration souhaite aussi que la FDSEA de Haute Marne reste force de proposition au sein du groupe zone intermédiaire de la FNSEA afin d’avoir le meilleur retour possible sur le deuxième pilier notamment par le biais de MAE système polyculture élevage, voire d’autres mesures qui pourraient prendre le relais de la mesure rotationnelle. Les zones intermédiaires doivent aussi être une force de proposition pour rechercher le meilleur retour possible dans le cadre de l’enveloppe spécifique potentiellement utilisable par les Etats Membres en zone difficile (5% d’enveloppe sur 10% de surface nationale à définir).


Voir suite de cet article dans notre édition du 29 mars 2013 en page 08.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui