L'Avenir Agricole et Rural 22 mars 2012 à 14h08 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Congrès FNPL - Les éleveurs mobilisés contre Lactalis

A l’Assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait qui s’est déroulée les 14 et 15 mars à Verdun, les éleveurs se sont montrés très remontés contre Lactalis qui ne joue pas le jeu de la contractualisation. Ils ont reçu l’appui des JA, de la FNSEA et du ministre de l’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Je le dis haut et fort : nous ne lâcherons pas! Nous ne pouvons accepter que l’on considère les producteurs de la manière d’un autre temps. Celui révolu des serfs et des seigneurs». Henri Brichart, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) a donné le ton contre Lactalis lors de l’Assemblée générale qui s’est déroulée les 14 et 15 mars à Verdun.La FNPL a d’ailleurs décidé d’intenter une action en justice afin d’obtenir l’annulation des clauses du contrat qui révèlent un déséquilibre significatif entre les parties.Les producteurs sont en effet très remontés contre le numéro un français du lait qui veut imposer ses propres contrats en ignorant les groupements de producteurs et les dispositions de la loi de modernisation agricole. Les Jeunes Agriculteurs sont sur la même longueur d’ondes : ils ont lancé une pétition pour dénoncer l’attitude de l’entreprise qui reste résolument fermée aux demandes des producteurs.Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, est également monté au créneau pour apporter son appui total aux producteurs de lait : «Nous sommes à vos côtés pour faire en sorte que les dirigeants considèrent les producteurs comme de vrais interlocuteurs. Si ce n’est pas le cas, nous serons amenés à durcir l’action syndicale. J’espère que le message sera entendu» a-t-il martelé.Même le ministre de l’Agriculture s’est prononcé sans ambiguïté du coté des producteurs. Bruno Le Maire a appelé une nouvelle fois Lactalis «à jouer le jeu des contrats». En précisant qu’on «ne négocie pas avec des ultimatums et en imposant des conditions unilatérales aux producteurs».En attendant, il a annoncé l’arrivée prochaine du décret sur les organisations de producteurs.Il sera publié début avril, une fois que «le paquet lait» sera définitivement adopté à Bruxelles.


Carcan administratif


Pour le reste, le président de la FNPL a déploré les propositions de réforme de la Pac qui n’offrent guère de perspectives aux producteurs de lait. Et de citer le démantèlement des outils de gestion des marchés, les inquiétudes suscitées par la convergence des aides et surtout le verdissement des soutiens lié à la sanctuarisation des prairies permanentes qui bloque toute évolution sur l’exploitation. «L‘on nous demande sans cesse de nous adapter, d’être plus performant et l’on veut en même temps nous enfermer dans des cadres réglementaires, rigides et souvent inadaptés au simple bon sens agronomique». Cette remarque vaut également pour les pouvoirs publics français «qui soufflent le chaud et le froid» dans l’application de la directive européenne sur les nitrates. Conclusion d’Henri Brichart : «on a l’impression que dans l’esprit de certains, l’avenir  c’est les prairies, mais surtout des prairies sans animaux». Le ministre a d’ailleurs fait son mea culpa là-dessus. «Je reconnais ne pas avoir eu suffisamment gain de cause dans ce domaine» a-t-il avoué. Tout en délivrant un message d’optimisme à l’endroit des producteurs en les encourageant à maintenir et augmenter les capacités de production «car tout ce que nous ne réaliserons pas en France, ce seront les Allemands qui le produiront».

LACTALIS lâche le minimum

La journée nationale d’actions contre le contrat Lactalis s’est finalement soldée par l’assurance d’une reprise des discussions et le report d’un mois de la date butoir fixée unilatéralement par Lactalis au 31 mars.Durant ce mois supplémentaire,  les rencontres entre le groupe national des Présidents de Groupements et les représentants de Lactalis reprendront et auront lieu au Ministère en présence du médiateur des contrats.Ces rencontres seront sous-tendues  par 2 axes de travail. D’une part la rédaction d’une convention cadre de fonctionnement entre l’entreprise et les organisations de producteurs, d’autre part la reprise des négociations sur une liste non exhaustive des clauses du contrat à finaliser avant le 20 avril.En conséquence la consigne syndicale demeure, patienter encore et ne pas signer.

 

La délégation haut-marnaise forte de 11 adhérents du syndicat laitier du Centre Est à la manifestation parisienne (tour Montparnasse) du lundi 19 mars sous la conduite de Martine SOUDANT qui, elle, participera, en outre, à la rencontre au Ministère avec le Directeur de Cabinet de Bruno LE MAIRE.Dans le même temps Roger BRAUX était à LAVAL avec les Présidents de Groupements de toutes les régions, fort des pétitions transmises par 70 % des adhérents de son Syndicat, pétitions réclamant la reprise des négociations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2526 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2526 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui