L'Avenir Agricole et Rural 04 mai 2012 à 10h54 | Par Jean-Louis BLONDEL

Congrès de la FNO - De passage en Haute Marne

Les congressistes étaient invités à se rendre sur un élevage de chaque département de Champagne Ardenne. L’EARL BOUCLEY à Nully a accueilli une délégation d’une quarantaine de participants extérieurs au département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La délégation du congrès de la FNO accueillie par Christophe Fischer sur l’exploitation de la famille Boucley. © Jean-Louis BLONDEL

Si l’effectif de moutons se maintient relativement bien en Haute – Marne (environ 40 000 brebis), c’est grâce à l’intensification d’élevages comme celui de la famille BOUCLEY qui a fait le choix de développer la troupe ovine.

De 150 à 1 000 brebis en 7 ans


En 2005 l’EARL BOUCLEY a décidé d’abandonner l’atelier d’engraissement bovin pour se spécialiser en production ovine. Jean - Paul et Michèle BOUCLEY se sont d’emblée mis des objectifs de productivité. Le but étant aussi de permettre à leur fils Nicolas, de s’installer. Ils ont investi dans des bâtiments fonctionnels en profitant des programmes ARCABE. Ils ont aussi misé sur la génétique avec les races Ile de France et Romane afin d’assurer une bonne prolificité. Récemment, ils ont investi dans une distributrice de fourrage permettant de mélanger l’ensilage d’herbe, l’enrubanné, la paille et l’aliment concentré. Cet équipement leur a permis aussi d’économiser près d’une heure de travail par jour. Cette productivité les a motivés pour accroître de nouveau leur cheptel de 300 têtes avant la fin de l’année 2012. Ils ont à cet effet programmé l’extension du bâtiment d’élevage.

Une FECONDITÉ de 130 %


Accompagnés en suivi technique par la COBEVIM, l’élevage BOUCLEY affiche des résultats très honorables. Le taux de fertilité du troupeau est de 112 % grâce à trois agnelages en deux ans. Le taux de prolificité est de 130 % soit une production numérique de 123 % compte tenu d’une mortalité de l’ordre de 15 %. David TENAILLE, le successeur de Gilles MASOYE à COBEVIM a donné toutes les explications utiles sur la conduite du troupeau en expliquant les rations alimentaires dans les différentes phases d’élevage.
La performance économique de l’élevage BOUCLEY repose sur le nombre d’agneaux vendus avec un poids de carcasse moyen permettant une bonne valorisation commerciale.

Echanges dans la convivialité


D’autres éleveurs haut-marnais invités par la FDSEA et la FDEO étaient présents à cette visite qui s’est terminée par un repas campagnard assuré les producteurs locaux. La délégation s’est ensuite dirigée vers Montier en Der pour y visiter la brasserie du Der avant de rejoindre la salle de congrès à Chalons en Champagne où un huis clos s’est tenu de 16 à 19 H. La visite de la brasserie a permis de découvrir les secrets de la fabrication de la bière. Noël LEPOIX, responsable de cette jeune entreprise, a expliqué que la dénomination « bière » imposait nécessairement la mise en œuvre de trois ingrédients : le malt, la levure et le houblon. Ce dernier, qui donne l’amertume, est évidemment utilisé à très faible dose dans les bières industrielles. Quant au malte, il peut être plus ou moins torréfié, ce qui donne la caractéristique de bière blonde, ambrée voire brune. Il faut compter environ 200 grammes de malte pour faire un litre de bière, mais là encore, la production industrielle ajoute de l’amidon. Ce malte peut-être de l’orge ou du blé, ce dernier permettant de fabriquer la bière blanche. Le procédé repose sur une double fermentation c’est-à-dire en relançant, avant la fermeture de la bouteille, le travail des levures qui dégagent du gaz carbonique provoquant la mousse.
Au cours du message d’accueil, Christophe FISCHER, Président de la FDSEA, n’a pas manqué de remercier les organisateurs de cette journée à commencer par la Famille BOUCLEY et Amélie DALLEMAGNE, conseillère ovine à la Chambre d’Agriculture qui a été la cheville ouvrière de cette manifestation. Le Conseil Général a par ailleurs été sollicité pour financer les produits du terroir, servis à cette occasion, lesquels ont été fort appréciés pour les éleveurs venant de toute la France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2521 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2521 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui