L'Avenir Agricole et Rural 12 juillet 2018 à 10h00 | Par Julie MASSON

Colza associé : dans quel but ?

Le colza associé, depuis quelques années, a montré un intérêt dans notre région. Moins de pressions d’insectes d’automne, colza plus vigoureux, une «coupe de fourrage» si le colza est associé avec une légumineuse pérenne…. Toutefois il peut y avoir des déceptions, enherbement mal maîtrisé notamment. C’est pourquoi il faut, dès le départ, bien définir son objectif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Colza associé, semis en direct.
Colza associé, semis en direct. - © CA 52

Pourquoi faire un colza associé ?

L’association peut répondre à plusieurs problématiques :

- Diminuer la pression d’insectes à l’automne
- Economiser sur le poste fertilisation azotée (économie de 30 à 40 u N)
- Faire une double récolte (colza puis fourrage, éligible à la prime légumineuse fourragère depuis 2016)

Le choix des plantes compagnes en découlera.
Mais la première règle est de connaitre la pression en adventices, surtout en géraniums. Si la pression est forte alors il faut éviter l’association avec des plantes compagnes car les microdoses d’herbicides appliquées en post levée ne suffiront pas à contenir le salissement.
Dans les situations où la disponibilité en azote est limitante, souvent en sols argilo-calcaires superficiels, l’association permet de maintenir une alimentation active du colza. On constate souvent sur le terrain qu’ils rougissent moins vite à l’automne quand ils sont associés. Un colza qui a une pousse active est d’autant plus robuste face aux attaques des insectes notamment charançons du bourgeon. C’est une clé de réussite qui peut permettre une impasse en insecticide.

Choix des mélanges


Comme dit précédemment le choix du mélange découle de l’objectif :

- Diminuer la pression d’insectes à l’automne : l’association avec la fèverole est le plus simple et le plus efficace. Il faut viser 15 plantes de fèveroles/m2. On peut aussi associer à du fenugrec.
- Economiser en azote : il faut privilégier les légumineuses gélives à port «rampant». Le mélange féveroles et lentilles est un bon compromis.
- Faire une double récolte (si la pluie estivale est au rendez vous) : c’est dans cette situation que l’on ajoutera une légumineuse pérenne (trèfle blanc nain, trèfle violet, luzerne, lotier, mélilot jaune) Il faut adapter son mélange suivant le type de sol. Dans ce mode d’implantation il faudra être très vigilant sur la compétition de la plante compagne.

Vous pourrez lire la suite de cet article dans notre édition du 13 juillet 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2514 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2514 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui