L'Avenir Agricole et Rural 22 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

«Coeur de gamme», la stratégie face à la crise de la viande bovine

Présentée le 24 août par la Fédération nationale bovine, en présence de Xavier Beulin, la démarche «Cœur de gamme» fait partie d'une «stratégie» syndicale. Elle a pour objectif de revaloriser la viande issue du troupeau allaitant avec une meilleure rémunération pour l'éleveur, dans un contexte de crise à peine voilée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’objectif de la FNB est de revaloriser les prix d'achat des races de vaches allaitantes comme la charolaise, dont la viande n'est pas mise en avant dans les rayons des distributeurs.
L’objectif de la FNB est de revaloriser les prix d'achat des races de vaches allaitantes comme la charolaise, dont la viande n'est pas mise en avant dans les rayons des distributeurs. - © Reussir

C'est bien le terme de « stratégie » qu'a utilisé Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine, le 8 septembre à l'assemblée générale d'Elvea France, association des organisations de producteurs (OP) non commerciales, pour aborder la question des négociations avec les distributeurs de ces derniers jours. «Vous ne faites pas bouger un groupe comme Carrefour sans une stratégie !», s'exclame-t-il par ailleurs. Et la stratégie de la Fédération nationale bovine, c'est bien «la démarche “Coeur de gamme ”». Son objectif est de revaloriser les prix d'achat des races de vaches allaitantes comme la charolaise, dont la viande n'est pas mise en avant dans les rayons des distributeurs. Philippe Chotteau, chef du département Économie à l'Institut de l'élevage (Idele), rappelle à ce sujet l'étude de «Où va le boeuf», qui montre clairement que le «cœur de gamme» des rayons viandes des distributeurs est laissé à l'abandon par le consommateur. «Pas de segmentation, pas d'enchantement», entend-on régulièrement chez les différents acteurs de la filière viande. De plus, avec la crise laitière et l'aide financière de Bruxelles pour réduire la production, un afflux de vaches laitières de réforme sur le marché est déjà en marche. À la clef, une baisse inéluctable du prix de la viande. Ce phénomène, prévisible et qui devrait prendre de l'ampleur dans les six mois à venir, est à l'origine des actions de la FNB. «Je suis très soucieux de ce qui va se passer dans les prochains mois,souligne Jean-Pierre Fleury. Le sujet lait va devenir un sujet viande à Bruxelles». Il évoque même «une profession qui est face au mur».

La démarche « Coeur de gamme »

Aussi fin août, après plusieurs mois de travail, la FNB présente la démarche «Coeur de gamme ». Pour les éleveurs, celle-ci « vise à opérer une déconnexion de la logique des cotations hebdomadaires pour garantir une rémunération du produit sur la base de spécifications techniques déterminées répondant à une demande de marché identifiée», explique la note technique donnée par le syndicat. Il s'agit, selon Pierre Poullain, directeur adjoint de la FNB, de passer « d'une logique de flux poussée(par l'offre, NDLR) à une logique de flux tirée» par la demande avec un prix assurant «la rémunération des éleveurs sur la base de l'intégration des coûts de production et de la rémunération de leur travail». Système U signait déjà le 1er juin «un engagement pour la création d'un cœur de gamme de races allaitantes».

Dans le cahier des charges, Système U s'engageait «à mettre en place un cœur de gamme de race allaitante dans les magasins, qui représente, en part de marché, 50 % minimum du rayon boucherie», à s'approvisionner chez des éleveurs engagés dans la charte des bonnes pratiques d'élevage, à appliquer le logo viande bovine de France et «à utiliser l'identifiant de ce cœur de gamme», «à respecter un délai de maturation de la viande qu'Interbev définira» ainsi qu'à «assurer une valorisation du produit permettant de couvrir les coûts de production en élevage et à assurer une juste rémunération». Un cahier des charges sur l'âge, le poids et la conformation de la carcasse ainsi que l'état d'engraissement de l'animal vendu a été également défini.

Vous pourrez consulter la suite de cet article dans notre édition du 23 septembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui