L'Avenir Agricole et Rural 28 juin 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

COBEVIM : TOUT EST BON DANS LE MOUTON

Cobevim affiche de très bonnes performances. 2 017 est une année record au niveau du chiffre d’affaires et c’est également la deuxième meilleure performance de la coopérative haut-marnaise en termes de collecte d’animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Aubry, Président Cobevim et David Thenail, Directeur. Le marché ovin au premier trimestre 2018 est très porteur, contrairement à la même période l’année précédente.
Emmanuel Aubry, Président Cobevim et David Thenail, Directeur. Le marché ovin au premier trimestre 2018 est très porteur, contrairement à la même période l’année précédente. - © T MORILLON

Cobevim a organisé son assemblée générale sur le site de son siège social à Foulain le 22 juin. Les résultats ont été présentés par le président Emmanuel Aubry et le directeur David Thenail.

 

2017, année de records

Cobevim couvre 17 départements : la totalité de la région Grand Est, ainsi que le Doubs, la Haute-Saône, la Côte d’Or, la Seine et Marne, l’Yonne, le Jura et le Territoire de Belfort, soit plus de 600 éleveurs.

 

Elle a collecté 105 290 ovins en 2017, sa seconde année record (106 101 ovins en 2011), dont 84 791 agneaux. « 90 % des agneaux proviennent des adhérents, c’est un record » note David Thenail. Les agneaux ont été vendus en moyenne à 6,10 Ä/kg pour un poids moyen de 18,6 kg. Malgré quelques petites baisses ponctuelles, le prix des agneaux ne cesse d’augmenter depuis 10 ans (4,74 Ä/kg en 2007).

 

2 017 reste une année noire pour l’activité laine avec une collecte de 213 tonnes. La mauvaise parité euro/dollar et l’important stock de laine européen ont fait divisé par deux le prix de vente moyen de la laine ces deux dernières année, pour s’établir à 47 cts/kg en 2017. « Le marché s’est décanté en fin d’année ce qui a permis d’écouler les stocks, mais à bas prix » explique David Thenail.

 

Pour son activité « approvisionnement », Cobevim établit un record historique avec 3 924 949 Ä de chiffre d’affaires (un chiffre qui a doublé depuis 2004).

 

Les augmentations des activités de collecte d’animaux/laine (+5,76 %) et d’approvisionnement (+2,28 %) compensent la baisse de la catégorie « services » (-0,97 %). Au final le chiffre d’affaires total 2 017 de Cobevim est de 16 750 816 Ä (+4,86 %), un autre record.

 

Pour le directeur, « Cobevim doit apporter un meilleur service technique et pérenniser la production en suscitant des vocations chez les jeunes et les moins jeunes ».

 

Être dans les leaders nationaux

Emmanuel Aubry demande aux élus de « prendre leurs responsabilités face aux loups », lui qui « ne peut pas aller au tribunal » et dont les dégâts ont coûté 21 MÄ en 2017. Sur les Etats Généraux de l’Alimentation, il met en garde face aux « thèses idéologiques », rappelant que le « prix de vente doit prendre en compte les coûts de production » et que les GMS doivent jouer le jeu.

 

« Nous devons être compétitifs au niveau européen, mais nous avons besoin de simplification administrative » poursuit le président. Il demeure méfiant face aux traités de libre-échange, rappelant que celui en négociation entre l’Europe et l’Australie/Nouvelle-Zélande ne comporte pas à l’heure actuelle de restrictions sur les volumes et les morceaux de viande.

 

« En France la qualité des agneaux est primordiale pour avoir un maximum de débouchés, des départs réguliers et de bons prix » explique Emmanuel Aubry qui désire que « Cobevim fasse partie des leaders nationaux ». Entre 2000 et 2016, la France a perdu le tiers de son cheptel allaitant ovin, ce qui fait qu’aujourd’hui notre pays n’est auto-suffisant qu’à 40 % pour sa consommation de moutons. « Il faut donc pérenniser l’outil de production, installer des jeunes et encourager la diversification » conclut le président.

Lire la suite de l'article en page 03 de notre publication de cette semaine

bonne lecture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui