L'Avenir Agricole et Rural 31 mars 2011 à 10h54 | Par E. DAUPHIN

Circuits courts - Une ouverture réussie

Les Jeunes Agriculteurs ont encore marqué des points auprès du grand public avec l'opération «Un Dimanche à la Ferme», qui a drainé pas moins de 1500 visiteurs. A l'origine du succès, la proximité avec un maillage du territoire sur huit exploitations, la convivialité, la gastronomie et une pincée de soleil.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rémi Babouot à Colombey Jean-Pierre Baudot Effincourt Thomas Carcasses à Anglus Jérôme Ferrand à Richebourd Anthony Masselot à Vignes la Côte Xavier Barret à Richebourg

Anthony MASSELOT à Vignes la Côte : Carton plein pour Anthony Masselot, responsable de la commission communication des Jeunes Agriculteurs, qui a initié l'opération ferme ouverte. L'intérêt de l'opération était l'échange avec le public, confie Anthony, pour qui le dialogue direct avec les visiteurs sur son métier était l'objet de la journée. Il n'empêche que les 25 caissettes de viande ont été prises d'assaut dès dix heures du matin et les réservations enregistrées se sont accumulées tout au long de la journée. Un phénomène qui témoigne de l'engouement du public pour un mode de consommation de proximité, plus proche de chez eux et plus respectueux des producteurs.


Jean-Pierre BAUDOT à Effincourt : Galop d'essai à Effincourt pour Jean-Pierre Baudot, fait partie des organisateurs de la prochaine fête de l'agriculture. Il faudra de nombreux volontaires pour organiser cet événement de taille, car Jean-Pierre assume déjà de lourdes responsabilités ; chargé de famille, il est également seul sur l'exploitation laitière familiale, suite au départ à la retraite de son père. Il ambitionne de prendre un salarié, mais les prix actuels, couplés aux remboursements liés entre autre à la mise aux normes, ne lui permettent pas pour l'instant.


Jérôme FERRAND à Richebourg


Rémi BABOUOT à Colombey-les-deux Eglises :
Les poulettes étaient de sortie à Colombey, dimanche. Et pour cause, environ trois cents visiteurs sont venus les admirer... Rémi Babouot vient de lancer un atelier hors sol de production d'œufs labellisés plein air qu'il commercialise via CDPO à un prix indexé sur l'aliment pour des marques de distributeurs. Monsieur Lapie, chargé du recrutement de nouveaux producteurs sur le grand Est assurait les visites commentées du poulailler, construit en forme de tunnel.


Thomas CARCASSES à Anglus : Bernadette qui souhaitait se reconvertir professionnellement a transmis le relais à Thomas au sein du GAEC de l'Azur à Anglus (premier plan). Marnais d'origine, et hors cadre familial, Thomas a concrétisé son ambition de devenir éleveur laitier, grâce notamment au Répertoire Départs Installation, qui a procédé à la mise en relation. Après une année de salariat, Thomas s'est engagé aux côtés de ses trois associés. Cette journée d'échange lui a permis de parler de son parcours atypique et de son métier aux visiteurs.


Xavier BARRET à Richebourg

Sébastien Pêcheur à FAYL BILLOT : Sébastien travaille avec deux autres associés sur une exploitation lait-céréales. Les visiteurs étaient assez curieux de savoir comment ça fonctionnait. Les artisans vanniers étaient présents, la coopérative de Fayl avait apporté des produits locaux, les serres de Fayl Billot avaient amené des fleurs...  Les six caissettes de la ferme du Billot à Bourbonne-les-Bains ont vite trouvé acquéreur. Une cinquantaine de plateaux-repas ont été servis avec crudités, entrecôtes et frites de chez Degrez à Champlitte, conforme aux prévisions des organisateurs. La journée s'est achevée par l'observation de la traite, qui s'est déroulée dans le calme. Les montbéliardes et prim'holstein n'ont pas été dérangées par cette visite inattendue.


Georges Waché àST BROINGT-LES FOSSES : A la tête d'une exploitation de 120 mères en race blondes d'Acquitaine et d'un poulailler de 1000 pondeuses, Georges est un précurseur en matière de vente directe puisqu'il passe une bête par mois à l'abattoir de Chaumont qu’il fait découper par un boucher. Son épouse, conjointe collaboratrice, fait les marchés à bord d'un camion, où elle propose un panel de produits du terroir complémentaire aux produits issus de l'exploitation: vin de coiffy, poulets de la ferme de Bel Air à Occey, Langres, etc. Il vend également sa viande en caissettes de 10 à 20 kg au prix de 9 euros le kg. Cette valorisation supplémentaire améliore substantiellement les revenus de son exploitation. Le jour de la porte ouverte, un boulanger de Dardenay s'était joint à la manifestation, proposant des recettes à base de produits du terroir.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui