L'Avenir Agricole et Rural 08 juillet 2011 à 09h55 | Par ESTELLE DAUPHIN

CIRCUIT COURT - VENTE DIRECTE, LA FORMULE QUI PAIE

Le groupement d'éleveurs précurseur de la vente de viande en circuit court qui s'est constitué sous l'impulsion de Vincent Courtier et d'Anthony Masselot dans le secteur d'Andelot a fait le point après une année de fonctionnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des éleveurs décidés à conquérir l'assiette des locavores
Des éleveurs décidés à conquérir l'assiette des locavores - © ESTELLE DAUPHIN

Las de voir leurs bêtes partir à bas prix dans les filières traditionnelles, un groupe de six éleveurs s'est constitué autour de deux Jeunes Agriculteurs du secteur d'Andelot, proche de l'abattoir de Chaumont ; Anthony Masselot et Vincent Courtier. Après un an de fonctionnement l'heure du bilan a sonné.

Force est de constater que l'objectif en terme de valorisation a été atteint avec un prix minimum contractualisé à l'année de 3,35 euros, pour un volume d'une centaine d'animaux, essentiellement des génisses de 350 kg, de race charolaise. Un prix que peu d'éleveurs ont obtenu durant toute l'année dans les circuits de vente classique.

La première victoire du groupement avait été de conquérir une place au rayon boucherie traditionnelle de l'Intermarché de Rimaucourt. Une première avancée malheureusement remise en cause du fait des ristournes obtenues par le gérant en fin d'année auprès de centrale d'achat.

Loin de baisser les bras, les deux JA à l'origine de la démarche se sont parallèlement lancés dans la vente de viande en caissette auprès des particuliers. Une démarche tout à la fois valorisante pour le producteur et fructueuse sur le plan pécuniaire avec un prix au kg de 4,20 euros après rémunération de l'abattoir et des frais de découpe de Viande 52. Une initiative qui permet d'amortir l'outil d'abattage de Chaumont, de rémunérer mieux les éleveurs locaux sans qu'ils aient à accomplir plus de travail et de satisfaire une catégorie de clientèle à la recherche de qualité et de traçabilité, à l'instar de Christine Veuillemenot, institutrice à Andelot (voir encadré).

Perspectives

 

«Nous espérons augmenter notre volume de vente pour l'année prochaine auprès des bouchers, de la restauration collective et de la grande distribution et placer plus de taurillons. En ce qui concerne la restauration collective, nous trouvons regrettable que leur demande porte sur du charolais R+ pour faire du bourguignon, ce qui nous oblige à décoter notre production, alors que de la vache de réforme pourrait parfaitement convenir». explique Vincent Courtier.

« Notre groupement représente un potentiel de 1 500 animaux. Il est pour l'heure informel mais nous projetons de créer des statuts. Nous sommes ouverts à tout nouvel éleveur qui souhaiterait se joindre à nous dès lors qu'il respecte le planning convenu. » Vincent encourage également des groupements à se constituer sur d'autres zones de proximité de l'abattoir : Chateauvillain, Colombey les deux églises, Montigny, Rolampont... Cette démarche ne va pas sans une ouverture des exploitations sur les écoles, les collectivités et le grand public, comme ça a été le cas chez Florent Ecosse et Anthony Masselot lors d'opérations de ferme ouverte.

Le groupement, qui a rencontré l'interprofession, est conscient qu'à terme, un investissement dans du matériel de transformation et de conditionnement de type hachoir et mise sous vide est à envisager.

 

Le groupement compte
huit adhérents :

- Cyril Grosse de Bettaincourt
- Florent Ecosse de Cirey les Mareilles
- Julien Volot de Signéville
- Joël Brizion de Darmannes
- Aurélien Routier de Reynel
- Thibault Lugnier de Rimaucourt
- Anthony Masselot de Vigne la Côte
- Vincent Courtier d'Andelot

La caissette est aussi une expérience transgénérationnelle
La caissette est aussi une expérience transgénérationnelle - © ESTELLE DAUPHIN

Manger local, des consommateurs s'engagent

 

Il est onze heure du matin, les clients affluent en direction de chez Courtier. Le camion frigorifique, fraîchement convoyé par Vincent est stationné au fond dans la cour. Il contient les précieuses caissettes de viande de terroir composées d'un assortiment de morceaux à griller et à cuisiner : beeftseak, rosbeef, entrecôtes, daube, pot au feu, bourguignon... Vincent accueille ses clients avec sympathie, ce sont pour la plupart des habitants du village qui connaissent bien la famille Courtier. La génisse charolaise de 36 mois a été abattue dix jours auparavant à Chaumont. Elle a maturé dans la chambre froide qui mène de l'abattoir à l'atelier de découpe. Elle est ensuite passée entre les mains du boucher de chez Viande52.

Christine Veuillemenot, institutrice à Andelot et mère d'une famille de trois enfants, est une habituée. A travers ce mode de consommation, elle ne voit que des avantages : d'abord, elle apprécie le contact direct avec le producteur et le fait de consommer un produit de terroir. La viande est de qualité, à un bon prix. En cuisinière avertie, elle fait redécouvrir à sa famille le fondant d'un bourguignon.

La caissette est aussi une expérience transgénérationnelle comme en témoignent les clients venus chercher leurs colis ; les grand-mères retrouvent presque instantanément les recettes de la préparation des « bas-morceaux » tels que le gras-double, cette partie de la panse du bœuf, qui contrairement à son nom est une viande maigre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2525 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2525 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui