L'Avenir Agricole et Rural 09 mai 2018 à 16h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CHRONIQUE OVINE : Bergerie futée : des équipements pour se libérer du temps

Bergerie futée : des équipements pour se libérer du temps

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans un lot, les béliers affichent leurs préférences.
Dans un lot, les béliers affichent leurs préférences. - © CHAMBRE AGRICULTURE

L’état corporel des brebis en lutte joue-t-il un rôle sur le comportement sexuel des béliers ? Selon une récente étude réalisée par Supagro Montpellier et l’INRA, la réponse est oui : les béliers préfèrent les brebis bien en chair.

Le dispositif mis en place pour mesurer la préférence des béliers était le suivant. A partir de brebis de race Mérinos d’Arles de même poids, trois lots ont été composés. Le premier, alimenté selon ses besoins pendant 3 mois, s’est maintenu. Le second, suralimenté, a pris 8,2 kg au cours de la lutte. Le dernier, sous alimenté, a perdu 7,8 kg.

Afin de mesurer l’attractivité des mâles, 6 brebis (2 de chaque lot) ont été mises en contact avec 2 béliers pendant 30 mn. Toutes les cinq minutes, la brebis la plus courtisée était enlevée du lot.

Grosses et en bon état

Ce test a été répété avec 6 béliers différents, avant et après la différence de régime alimentaire. «Les brebis qui ont le meilleur état corporel et le poids le plus élevé ont la préférence des béliers, explique Nathalie Debus de l’INRA. La différence est nette et est confirmée par le nombre de chevauchements qui est nettement plus important. Cela peut s’expliquer par le fait que les mâles identifient les femelles à même de mener leur gestation à terme». Par contre, l’alimentation des brebis ne modifie pas leur intérêt pour les mâles. Maigres ou grasses, elles prospectent de la même façon mais lorsque le bélier a le choix, certaines ont plus de chance que d’autres !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui