L'Avenir Agricole et Rural 29 novembre 2012 à 15h30 | Par Jean-Louis BLONDEL

CHASSE - L’agrainage n’est pas LA solution

La Commission Dégâts de Gibier de la FDSEA a fait le point le 22 novembre sur les dégâts et précisé la position syndicale sur l’agrainage. Le problème doit être traité à sa racine, à savoir l’insuffisance des prélèvements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La commission Dégâts de Gibier de la FDSEA  espère que les chasseurs vont enfin  prendre leur responsabilité dans les grands massifs avant qu’il ne soit trop tard, en particulier sur le plan sanitaire.
La commission Dégâts de Gibier de la FDSEA espère que les chasseurs vont enfin prendre leur responsabilité dans les grands massifs avant qu’il ne soit trop tard, en particulier sur le plan sanitaire. - © JLB

La problématique des dégâts de gibier se focalise aujourd’hui sur le sanglier et elle n’est malheureusement pas particulière à la Haute Marne.  Le ministère a engagé en 2009 un Plan National de maîtrise dont les préconisations s’avèrent peu respectées. Une mission interministérielle a par ailleurs préconisé en janvier 2012 une politique pertinente (*).

Pratiquer une chasse efficace

Les Pouvoirs Publics constatent que la croissance exponentielle des effectifs du sanglier en France résulte en grande partie « de la très forte dynamique de l’espèce.  L’application de règles d’épargne (respect intégral des laies reproductrices, réduction du nombre de jours de chasse, contraintes pour l’organisation des battues, portions de territoires non chassés, …) a conduit naturellement à la progression des effectifs et s’oppose à leur réduction rapide quand celle-ci est indispensable ». Tel est le contexte rappelé dans la fiche 8 du Plan National sus rappelé. C’est exactement ce que dénonce la Commission Dégâts de Gibier de la FDSEA 52 depuis des années. La situation ne s’est pas améliorée avec le plan de chasse instauré en 96, bien au contraire. La lourdeur administrative empêche bien souvent une réactivité sur une population qui ne peut en aucun cas être maîtrisée comme les cervidés. Dès lors que les chasseurs « gérent » les sangliers en s’interdisant des tirs sur les laies et sur les petits (qui deviennent vite reproducteurs), c’est la garantie d’une prolifération dans les mois qui suivent !

Le tableau de chasse haut-marnais est passé de 5000 en 97/98 à 12 000 en 2010/2011 mais cela n’a pas réglé le problème car dans le même temps la population à explosé. Au cours de la dernière saison 2010/2011, le tableau est d’autre part redescendu à 9 500 les chasseurs prétextant ne plus voir de sangliers !

Lors des premières attributions courant mai 2012, la Fédération des Chasseurs a plutôt levé le pied, contre l’avis de l’Administration et de la profession agricole. L’argument le plus souvent avancé était de ne pas imposer de bracelets à des chasseurs qui ne pourraient pas réaliser.  Un compromis a néanmoins été trouvé pour répondre à la demande «au fil de l’eau ». Plus précisément, la DDT accorde les bracelets à la quinzaine après avoir consulté par internet les membres de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage. Même si quelquefois la Fédération des Chasseurs refuse ou donne un accord partiel, les attributions semblent néanmoins toujours accordées par l’Administration.

Deuxième attribution en décembre

Les Commissions Locales de Concertation (CLC) sont convoquées, entre le 10 et le 14 décembre pour donner un avis sur les secondes attributions. La Commission Départementale on-Pse cteuréunira probablement la semaine suivante et les bracelets pour la fin de la campagne de chasse devraient être attribués vers le 20 décembre.

La Commission Dégâts de Gibier de la FDSEA 52 considère que le coût des bracelets est un frein à l’abattage des petits sangliers et aux demandes supplémentaires par les petites chasses. Elle préconise donc que des attributions gratuites soient accordées s’il advient que la seconde attribution n’est pas suffisante (cf encadré).


Voir la suite de cet article dans notre édition du 30 Novembre 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui