L'Avenir Agricole et Rural 23 novembre 2010 à 16h36 | Par Jean-Louis BLONDEL

Chasse - Agrainage interdit dans 4 zones

Répondant à la profession agricole qui tirait la sonnette d’alarme depuis plusieurs semaines, le Préfet a demandé aux acteurs de la chasse de prendre des mesures d’urgence. La Commission Départementale de la Chasse s’est réunie le 16 novembre pour décider deux mesures chocs : l’interdiction d’agrainage sur 4 zones sensibles et l’attribution exceptionnelle de 1 000 bracelets supplémentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Chasse

 

Comme on pouvait s’y attendre les chasseurs n’arrivent pas à endiguer la pression des sangliers qui sont en surnombre et qui n’ont plus rien à manger dans les forêts. La Fédération des Chasseurs avait commencé de distribuer des bracelets supplémentaires sans attendre la deuxième attribution de fin décembre, anticipant la décision qui a été prise mardi dernier par la Commission Départementale de la Chasse.

Des dégâts historiques

La Fédération des chasseurs estime que les dégâts pourraient atteindre 1,2 M€ contre 875 000 l’an passé. C’est un record historique mais il est encore nettement sous-estimé aux yeux de la profession agricole car le prix du maïs et du tournesol n’est pas fixé. Or les cours ont quasiment doublé pour ces deux denrées entre 2009 et 2010. De plus, les dégâts en volume pour le maïs sont en augmentation de plus de 50 % et sont multipliées par 3 pour le tournesol, malgré des rendements moindres.

Pourquoi la Fédération des Chasseurs a-t-elle délibérément minoré le coût, espère-t-elle ? En toute hypothèse si l’on ramène le coût à l’hectare boisé sur l’ensemble du département, environ 200 000 hectares, nous atteignons le chiffre moyen de 6 à 7 €/ha, soit le seuil de classement en points noirs.

4 points noirs

L’Administration, qui se réfère toujours à l’année 2009, a considéré que 4 massifs pouvaient être classés en points noirs selon la carte ci-contre (zones rouges). Dans ces quatre massifs une mesure draconienne vient d’être prise à savoir l’interdiction de l’agrainage pendant la période de chasse, c'est-à-dire jusqu’au 28 février 2011. Les adjudicataires devront de plus réaliser  90 % de leurs attributions qui pourront être revues à la hausse lors de la  Commission du 21 décembre qui sera précédée de réunions de CLC (commissions locales de concertation) lesquelles s’échelonneront du 10 au 17 décembre. Le but de cette interdiction est de permettre la circulation des nuisibles qui sont dans une situation de quasi-élevage avec des taux de prolificité anormaux. Un bilan sera fait en fin de période de chasse et des initiatives seront évidemment prises pour «finir le travail» que n’auraient pas achevé les adjudicataires (Ex : tir de nuit).

1 000 bracelets supplémentaires, dans un premier temps

La Commission Départementale a décidé d’attribuer de manière provisionnelle 1 000 bracelets supplémentaires sur les points noirs et dans les zones dites «orange» (Cf carte) où le taux de dégâts 2009 était compris entre 5 et 7 €/ha boisé. La profession agricole n’était pas favorable à ce zonage car elle estime que les attributions doivent être faites sur tout le département afin de permettre à tous les chasseurs de tirer les nuisibles qu’ils peuvent.  Cette demande était d’autant plus justifiée que l’interdiction d’agrainage risque de faire bouger les sangliers jusque-là contenus dans les «points noirs». La profession agricole considère que tout le département est dans une situation exceptionnelle et a demandé la suspension du plan de chasse, en ce qui concerne les attributions de bracelets, dans toutes les zones comme le permet l’article L 425-8 du code de l’environnement selon lequel «en cas de circonstances exceptionnelles, il peut être fixé un nouveau plan de chasse se substituant au plan de chasse en cours».

Une prise de conscience et un premier pas viennent d’être faits mais la profession agricole craint que cela ne soit pas suffisant. La vigilance reste totale et rendez-vous est donc donné dans un mois tant au niveau local que départemental à l’occasion des réunions des prochaines commissions.

Etonnant !

- Sur la commune de Chateauvillain, un adjudicataire a loué un chemin d’association foncière pour faire la jonction entre deux parcelles qui n’étaient pas contigües et pouvoir les inclure dans un plan de chasse (surface minimale de 75 ha et/ou 15 ha de bois). C’est une manière intelligente de contourner une règle stupide que la FDSEA a maintes fois dénoncée car elle restreint le droit de chasse et les prélèvements. Peut être que cette idée fera aussi son chemin…

- Dans le massif d’ARC, sur 108 sangliers «autopsiés» par l’équipe de recherche de l’ONC de Chateauvillain, aucun n’avait consommé de fruits forestiers, mais ils avaient du maïs dans la panse. Comme quoi l’agrainage est utile nous disent certains chasseurs. Comme quoi la population de nuisibles est artificiellement maintenue, rétorquent les responsables agricoles…

- Il y a beaucoup de maïs distribués dans les forêts, mais peu de factures. .. Y aurait-il du maïs au «black» pour les bêtes noires …?

C’est risqué fiscalement, interdit par la réglementation sur le commerce des céréales (il faut passer par un OS) et peu efficace pour réduire les populations de nuisibles !

- Aucune verbalisation n’a jamais été dressée contre les agrainages illicites (bois de moins de 100 ha, moins de 200 m des parcelles agricoles, 100 m des routes départementales et nationale, moins de 50kg/100 ha/semaine, pas de dépôts massifs en tas ou en cordon continu. En revanche, il est beaucoup plus grave de commettre une infraction de chasse. Comme quoi il est moins risqué d’élever un nuisible que de l’abattre …

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui