L'Avenir Agricole et Rural 03 octobre 2013 à 10h47 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CHAMBRE D'AGRICULTURE - LE BLÉ, TOUTE UNE HISTOIRE

Mardi 24 septembre, le GAB 52 en partenariat avec le Pôle d’Enseignement E. Pisani a organisé une conférence-débat ouverte à tous «Comment introduire la biodiversité, du grain au pain?». Etudiants agricoles et agriculteurs étaient au rendez-vous et ont prêté une grande attention au témoignage de Bernard Ronot.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © MBAU

Ancien agriculteur en Côte d’Or et fondateur de l’association Graines de Noé, Bernard Ronot est venu narrer, devant un auditoire conquis, son expérience de paysan, ou comment voir l’agriculture «d’une autre façon». Retour donc, sur un discours captivant, sur deux histoires qui se croisent: celle d’un homme et celle des blés.

 

L’histoire d’un agriculteur, d’abord.

C’est l’histoire d’abord d’un paysan en côte d’or. Fils d’agriculteur, installé sur une petite exploitation familiale avec sa femme. Bernard Ronot, formé en deux ans au lycée agricole de la Barotte à Châtillon sur Seine connaît la Révolution Verte, durant sa jeunesse. La prospérité de l’après-guerre amène les tracteurs, d’abord, puis les engrais azotés, issus des anciennes usines de munitions. «L’ammonitrate, dit-il, nous a proposé du rêve après la guerre». Doublement des rendements, explosion de la production… le blé est foisonnant mais n’est pas le seul à aimer l’azote. Les premières graminées adventives comme le vulpin commencent alors à prendre le dessus. Nous sommes dans les années 50- 60 et les grands blés locaux, candidats à la verse sont nanifiés par croisement, avec des variétés courtes japonaises. Ces blés plus courts sont alors fortement concurrencés par les mauvaises herbes. Dans son discours, Bernard Ronot décrit ensuite une spirale négative vers la dépendance à la chimie. Les premiers herbicides sont épandus et résolvent le problème du vulpin. On rajoute de l’azote. Les rendements explosent. L’humidité permanence au pied de la végétation dense laisse apparaître des champignons. Viennent alors les fongicides. Puis les insecticides. «Par excès d’azote, on augmentait les rendements. On maîtrisait, tout marchait bien». Mais Bernard Ronot à cette époque observe que, avec une production de blé entre 70 et 75 quintaux par hectare en moyenne sur 10 ans, les applications de produits phytosanitaires ont, elles, décuplé. «A ce moment-là, raconte-t-il, j’ai 55 ans, mon parcours de paysan est bien avancé, je pense aux jeunes et je me dis: comment peut-on leur transmettre ses fermes?».

Faire vivre les anciennes variétés de blé

Bernard Ronot change alors de cap. De l’exploitation agricole productiviste de ses débuts, il convertit sa ferme en bio. Il fonde l’association Graines de Noé et se retrouve aujourd’hui avec son animatrice et toute une équipe à faire revivre en terre des anciennes variétés de blé. La reconversion commence pour lui en 2000 après avoir assisté à une conférence d’un semencier alsacien travaillant sur la conservation des variétés de blé anciennes. C’est ainsi qu’Il commence à récupérer d’anciennes semences.

Cela fait aujourd’hui plus de 8 ans que Bernard Ronot travaille dessus, pour les faire perdurer et les diffuser. Avec le soutien du Conseil Régional de Bourgogne, Graines de Noé rencontre un vif succès chez les agriculteurs de la région. Son objectif est clair: il faut préserver les anciennes variétés. Les blés anciens n’ont pas subi la sélection moderne des nouveaux blés, choisis tantôt pour leurs caractéristiques technologiques, tantôt pour leur productivité. Les anciens blés sont locaux et équilibrés. Ils sont adaptés au terroir. « Chacun a le devoir de se les approprier. Une variété de blé n’est jamais fixée. Elle évolue tout le temps. La biodiversité végétale est reçue gratuitement des générations précédentes, nous devons la transmettre, la préserver!» Lance-t-il, avant de conclure «Une nouvelle agriculture devra se mettre en place, elle devra être durable. La balle est dans notre camp et je vous souhaite bon courage».

 

 

 



L’ancêtre du blé: Aegilops

Le blé que l’on connaît (genre Triticum) est né d’une graminée sauvage, Aegilops, que l’on ne peut pas récolter. A peine mûr, le grain tombe par terre. Son croisement avec un blé sauvage (Triticum urartu) a donné l’engrais (épeautre), variété ancienne de blé.

L’association Graines de Noé

L’association Graines de Noé est née d’un groupe d’agriculteurs sensibles à l’intérêt que peuvent représenter les semences anciennes. Ils ont été rejoints par des meuniers, des distributeurs de produits issus de l’agriculture biologique et par des associations représentant des consommateurs. Graines de Noé a pour but:

- de collectionner, cultiver et multiplier dans les fermes les anciennes variétés de blés, d’évaluer leurs qualités alimentaires et de favoriser la conservation des variétés en facilitant leur échange avec d’autres producteurs

- de sensibiliser le grand public à la diversité des produits végétaux, leurs goûts, leurs formes, leurs couleurs et leurs usages

-diffuser les semences produites par et pour les adhérents de l’association à but expérimental

Pour plus d’informations: www.graines-de-noé.org

Foire bio, 11ème édition!

Ce dimanche, le marché couvert accueillera pour la 11ème fois la traditionnelle foire bio et éco-habitat de Chaumont. Au menu: viande, légumes, miel, lentilles, fruits de saison … ; cosmétique naturelle, produits de bien-être ou encore éco-habitat. Un espace restauration et une buvette bio ponctueront cette journée placée sous le signe de l’échange et de la convivialité.

Foire bio: dimanche6 octobre de 10h à 19h – Entrée libre et gratuite. Plus d’informations: producteurs-biologiques-haute-marne.blogspot.fr



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui