L'Avenir Agricole et Rural 14 juin 2012 à 16h52 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CHAMBRE D'AGRICULTURE - - PRAIRIES BIO : COMMENT LES GÉRER

Le printemps bio (du 1 au 15 juin partout en France) est l’occasion de faire découvrir l’Agriculture Biologique au grand public mais aussi aux professionnels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Vendredi dernier, l’EARL Bienvenue a ouvert ses portes et c’est une quinzaine d’exploitants bio, conventionnels mais aussi de curieux venu découvrir l’AB, qui se sont présentés à Nijon, chez Jean-Paul Badoinot, éleveur laitier, en bio depuis 1999. Ce tour de plaine, organisé en partenariat avec le GAB 52 et l’Agence de l’Eau Rhin –Meuse a été l’occasion de parler pâturage.

 


Objectif : Autonomie fourragère

A l’EARL Bienvenue, le troupeau laitier (Montbéliardes et Prim’ Holsteins) est conduit dans un système tout à l’herbe, sur des prairies exclusivement naturelles. Du coup, Jean-Paul essaie de « profiter du moindre brin d’herbe », pour être en cohérence avec son objectif d’autonomie fourragère. Son enrubanneuse en propriété lui apparaît comme étant un outil essentiel pour assurer la sécurité alimentaire de son troupeau. Il fauche toujours la première semaine de mai ; ceci lui permet de récolter un fourrage de très bonne qualité et qui lui permettra de diminuer la complémentation en céréales et protéagineux en hiver. Ainsi, il distribue 600 Kg de concentrés pour un potentiel de 6 000 Kg de lait (alors que le groupe bio distribue en moyenne 1 tonne). De plus, ce système lui permet de gérer son parcellaire et ainsi pouvoir contrôler les problèmes sanitaires du troupeau.

Bien gérer ses prairies apparaît  essentiel pour assurer l'autonomie alimentaire du troupeau.
Bien gérer ses prairies apparaît essentiel pour assurer l'autonomie alimentaire du troupeau. - © Marine BAU (Chambre d'Agriculture)

La gestion des prairies : la clé pour maîtriser le parasitisme

 

En agriculture biologique, la réussite de la maîtrise du parasitisme passe obligatoirement par la prévention liée à l’application des techniques d’élevage spécifiques. Dans les systèmes herbagers comme celui de Jean-Paul, cette maîtrise passe principalement par la gestion du pâturage. Lors de la rencontre, Aline Rondot, conseillère élevage à la Chambre d’Agriculture, a rappelé quelques éléments essentiels pour se prémunir des problèmes sanitaires :

- Première chose, il faut bien gérer les lots d’animaux en mettant les jeunes progressivement en contact avec les parasites, dans des parcelles peu contaminées. Idéalement il faudrait sortir les veaux âgés de 6 – 12 mois derrière une fauche.

- Il est également important d’éviter le pâturage ras (80 % des larves sont sous 5 cm) et de faire des rotations au pâturage en prévoyant idéalement un assainissement de 6 à 8 semaines avant le retour à la pâture.

- L’alternance fauche/pâture apparaît essentielle pour diminuer l’infestation.

- Les zones humides étant des zones à fort risque infectieux (risque de grande douve notamment), il faut en interdire l’accès aux animaux et clôturer les points d’eau.

 

Le cahier des charges européen de l’Agriculture Biologique interdit en élevage le recours aux traitements chimiques allopathiques systématiques. Il faut donc miser sur la surveillance et l’observation des animaux pour pouvoir intervenir rapidement et privilégier les techniques vétérinaires alternatives. Ainsi, c’est vers la Phytothérapie que l’éleveur s’est tourné : il administre à l’automne un hydrolat de sarriette des montagnes et de thym à thymol dans l’eau de boisson du troupeau (8 L d’hydrolat pour 1000 L d’eau). Ce mélange est très efficace en tant qu’antiparasitaire.

 

En conclusion, bien gérer ses prairies apparaît essentiel pour assurer autonomie alimentaire au troupeau et maîtriser le parasitisme.

Tours des cultures bio à venir :

Liffol le Petit - EARL du Milcignoux

14h – 16h – 18 juin Créancey

Jacques Maroilley 14h- 16h –  19 juin

Toute l’année la Chambre d’Agriculture propose des rencontres techniques et des formations autour de l’Agriculture Biologique, vous accueille pour tous renseignements et propose un appui administratif, mais aussi technique à la conversion vers l’Agriculture Biologique.

 

N’hésitez pas à prendre contact au 03 25 35 03 35 ou

mbau@haute-marne.chambagri.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui