L'Avenir Agricole et Rural 22 novembre 2012 à 11h45 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CHAMBRE D'AGRICULTURE - "L'AGRICULTURE EST L'AVENIR DES HOMMES...."

La session d’automne dévolue au budget modificatif 2012 et à la présentation du budget primitif de 2013, a également été la dernière du Président actuel, Jean-Louis Courtoux, qui arrive au terme de son deuxième mandat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ESTELLE DAUPHIN

Assemblée statutaire

Les modifications budgétaires qui ont été adoptées au budget 2012 ont concerné les lignes de dotations aux investissements et l’encouragement aux actions. La sécurisation du bâtiment suite à une série de cambriolages ainsi que l’achat d’un travail de parage (notre édition du 16 novembre dernier) ont nécessité une dotation supplémentaire de 12 000 euros aux investissements. Au chapitre des encouragements aux actions, 11 000 euros supplémentaires ont été attribués au bénéfice des actions menées par le Groupement des agriculteurs Biologiques (GAB52), Haute-Marne Conseil Elevage ainsi que le service de remplacement.

 

Budget 2013

Le budget prévisionnel de 2013 s’élève à sept millions d’euros, avec un déficit prévisionnel de 100 000 euros, il va donc falloir augmenter les recettes au-delà de l’inflation. Avec l’érosion des taux de subventions, plus on mène d’actions, plus on perd d’argent, constate Jean-Louis Courtoux. Le tarif des prestations augmentera de 2,5 %, parallèlement à une baisse du taux d’intervention de la Chambre sur les prestations individuelles. Les tarifs de l’identification bovine resteront stables. Quant à l’identification ovine, déficitaire de 20 000 euros, une augmentation des tarifs par élevage et par reproducteur permettra d’accroître de 5000 euros les recettes.

Le Président propose également une augmentation de 2,5 % d’augmentation de la TAFNB, ce qui porterait son montant à 1 732 284 euros, soit un cinquième des ressources de la Chambre d’agriculture.

La masse salariale représente deux tiers du budget. Elle a évolué ces dernières années en raison de l’absorption par la Chambre d’Agriculture de trois structures depuis 2001 (ADASEA, ASDA, contrôle laitier) sans licenciements comme a tenu à la souligner Jean-Louis Courtoux. Le non-remplacement d’agents porte leur nombre à 99 au lieu de 110, soit 87 ETP dont 77,7 affectés aux services opérationnels. La restructuration se fait au fil des départs, avec un nombre de missions croissantes et des budgets en baisse. Il tient à souligner les efforts du personnel auquel on demande de mener de front la restructuration et la démarche qualité en vue de la certification des activités de conseil et de formation.

 

La fin d’un règne

Le président dans son dernier discours a partagé sa vision du contexte dans lequel évolue l’agriculture. Pour lui, la régionalisation, acte III de la décentralisation, n’est pas un échelon décisionnel pertinent pour les territoires. Elle reste néanmoins incontournable, y compris à l’échelle des Chambres d’Agriculture qui mènent un travail dans ce sens avec la Chambre régionale. L’aboutissement du contrat de filière bovine dont il a été le chef de fil lui a démontré que la régionalisation n’est pas simplification ni travail en moins. Il regrette également la dispersion dans la gestion des fonds européens entre Etat et Région qui a pour effet de décourager les porteurs de projets. Il dénonce enfin les dérives réglementaires qui conduisent l’administration à ne plus être au service des administrés.

Il clôture son propos en remerciement sa famille et ses associés pour leur soutien indéfectible durant ses deux mandats. Il invite les agriculteurs en cette période pré-électorale à réaffirmer les valeurs qu’il a soutenu durant toute sa carrière afin que l’agriculture reste l’avenir des hommes.

Le représentant du Conseil Général, Antoine Allmersch a annoncé le vote d’une enveloppe d’aide aux circuits courts. Le Préfet a conclu les travaux en réaffirmant sa position contre l’agrainage et en évoquant le non-retournement des prairies. Deux dossiers sur lesquels devra se pencher la prochaine équipe en priorité.

 

- © ESTELLE DAUPHIN

Intervention

Les avancées du PRAD

La directrice de la Chambre d’Agriculture régionale a présentée les avancées du Plan régional Agriculture durable (PRAD). Institué dans le cadre de la Loi de Modernisation Agricole de 2010, il s’agit d’un document stratégique fondateur pour les politiques publiques de la région Champagne Ardenne de 2014 à 2020 tenant compte des spécificités de notre territoire.

Ce document nous projette dans une double perspective avec la PAC, puisque l’attribution des fonds européens sera administrée à l’échelon régional. Le budget de la PAC devrait être voté dans les tous prochains jours pour 2014 2020.

Conduit par le Préfet de région, l’élaboration de ce document participatif au sein d’une commission régionale de l’économie agricole et du monde rural (COREAMR) inclue la profession agricole. La validation du diagnostic Etat / Région / Profession agricole aura lieu le 29 novembre.

La contribution de la profession agricole, représentée par le syndicat majoritaire FRSEA présidé par Joël Hospital, formalisée dans « Terre et Vignes d’Avenir », un recueil élaboré cet été par un consultant à partir d’une cinquantaine d’interviews de responsables professionnels de la région et la compilation de 26 rapports et études régionaux et nationaux. Un document de 27 pages qui formalise les vœux de la profession quant à l’évolution de l’agriculture.

Dans ce rapport, la profession pose l’agriculture comme source de solutions.

Elle exprime le souhait de concilier une demande sociétale légitime mais contraignante avec le développement du métier et la viabilité de l’agriculture, tout en

relevant les enjeux de demain en terme de compétitivité des exploitations et de valorisation des co-produits en élevage, en agronomie, en énergie et dans l’agro-industrie. L’agriculture est également facteur de cohésion sociale dans l’aménagement et la vitalité des territoires ruraux.


Les récipiandaires du Mérite Agricole de gauche à droite : Marguerite Decorse, Nicole Gy, Monique Daubanton et Ghishaine Galton
Les récipiandaires du Mérite Agricole de gauche à droite : Marguerite Decorse, Nicole Gy, Monique Daubanton et Ghishaine Galton - © ESTELLE DAUPHIN

De l’ombre à la lumière


Une remise de médailles du mérite agricole a eu lieu à l’issue de la session de la Chambre d’Agriculture. C’est avec beaucoup d’émotion que Marguerite, Nicole, Ghislaine et Monique ont reçu l’insigne de Chevalier de l’ordre du mérite agricole de la main de leurs aînées et de Monsieur le Préfet en personne. Jean-Louis Courtoux tenait à leur accorder cette distinction avant de passer la main à son successeur.

Ces quatre femmes aux destins croisés ont déployé tout au long de leur carrière des trésors de savoir-faire. De l’alambic au pressoir et du ring au tank à lait, elles ont participé, chacune à leur manière à la révolution agricole de ces dernières décennies. A l’instar de Marguerite, qui est passée en cinquante ans de la traite à la main au robot...

Menant de front maternité et travaux agricoles, elles font preuve de courage et réaffirmé au fil des années leur amour du métier, qu’elles ont épousé en même temps que leurs conjoints.

 

Un hommage appuyé aux agricultrices, tant cette distinction aurait pu s’adresser à toutes ces femmes, qui ont longtemps travaillé dans l’ombre de leurs maris. Car s’il est une lutte syndicale que la FNSEA mène depuis toujours, c’est bien celle de la constitution d’un statut social pour les femmes en agricultures. Un combat qui ne se limite pas à la protection sociale mais reconnaît leur rôle majeur dans le développement de l’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui