L'Avenir Agricole et Rural 30 juin 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CHAMBRE D'AGRICULTURE : CHRONIQUE OVINE

Le méteil récolté en grains est-il adapté pour finir des agneaux ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un aliment trop peu dosé en azote entraine une diminution des croissances.
Un aliment trop peu dosé en azote entraine une diminution des croissances. - © CHAMBRE D'AGRICULTURE

Mélange de céréales et de protéagineux, le méteil a pour particularité de présenter des proportions différentes de chaque composant pour un même mélange au semis. Ainsi, pour être sûr que le mariage des graines récoltées correspond bien aux besoins des agneaux, il est utile de le vérifier.

Du côté de l’énergie, il y a peu de soucis à se faire. La valeur énergétique recommandée d’un aliment pour agneau sevré de bergerie est en effet comprise entre 0,9 et 1 UFV par kg brut (avec un fourrage de faible ou qualité moyenne). Celle des céréales est comprise entre 0,9 et 1 UFV (à l’exception de l’avoine qui ne titre que 0,7 UFV par kg brute). Quant aux protéagineux, ils sont particulièrement riches en énergie : de 1 à 1,2 UFV. Le mélange de chaque matière première, quelle que soit leur proposition, remplit alors les objectifs.

 

Trier et peser chaque composant du méteil

Ce n’est pas le cas de la valeur azotée. Une trop faible proportion de protéagineux se traduit en effet par une ration qui peut induire des baisses de croissances. Pour rétablir si besoin cette valeur azotée qui doit se situer entre 16,5 et 17,5 % de MAT, plusieurs solutions sont possibles. La première consiste à ajouter une autre source de concentré azoté : tourteau d’oléagineux ou protéagineux. D’autre part, il est possible de distribuer aux agneaux un fourrage particulièrement riche en légumineuses.

Une méthode simple pour évaluer la valeur du méteil en grain est de trier puis de peser chaque matière première. Après consultation des tables de valeurs alimentaires INRA, il reste alors à appliquer ces valeurs à chaque proportion de céréale et de protéagineux. Une analyse chimique de chaque composant reste bien sûr plus juste.

Enfin, les céréales et protéagineux étant particulièrement riches en phosphore, un complément minéral de type 0-20 et contenant du chlorure d’ammonium doit être ajouté au mélange à raison de 3 %.

 

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui