L'Avenir Agricole et Rural 12 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

CHAMBRE D'AGRICULTURE : CELLULE REAGIR

Un lieu d’écoute pour les exploitations fragilisées

Abonnez-vous Réagir Imprimer

REAGIR : c'est quoi ?

Un lieu d’écoute pour tout agriculteur qui a besoin de faire  le point sur son exploitation.

Des domaines d’intervention divers : il n’y a pas de situation type. A priori toute exploitation, sur toute production et dans tous les domaines.

Sur la base du volontariat : parce qu’il n’y a que sur la base de l’acceptation de sa situation qu’on peut évoluer durablement.

REAGIR : on y fait quoi ?

A partir d’un travail d’écoute personnalisé :

Faire le point sur la situation globale de l’exploitation.

Identifier les problèmes, les relativiser.

Esquisser des débuts de solutions adaptés à la situation de l’exploitation.

Informer sur les différents dispositifs d’aide.

Mettre en relation des partenaires de l’entreprise en vue de trouver une issue à l’amiable.

Accompagner au changement si nécessaire (réorientation des ateliers, changement de pratique, reconversion professionnelle,…)

Assurer un soutien moral et humain.

 

REAGIR : qui sont les partenaires ?

La Chambre d’Agriculture qui anime le dispositif avec la MSA Sud Champagne,

La région GRAND EST et le Conseil Départemental de la Haute-Marne qui apportent un soutien financier à la cellule, qui accompagnent la situation économique des exploitations fragilisées.

Le CER CNIEDF qui apporte sa contribution aux dispositifs sur ses clients.

 

Vrai-Faux sur REAGIR :

REAGIR n’est pas fait pour les situations trop dégradées.

C’est VRAI : si la situation est trop dégradée (endettement est trop important par rapport à la rentabilité), il est évident qu’il sera difficile de trouver des solutions. Ce n’est pas lié au dispositif REAGIR  mais au fait qu’il n’est pas possible de trouver un plan d’apurement amiable : l’exploitation est alors en  situation de cessation des paiements.

Conclusion : REAGIR n’est efficace que si on intervient suffisamment tôt

 

REAGIR donne des aides

VRAI/FAUX. REAGIR ne finance pas directement les agriculteurs. En revanche, les partenaires et les financeurs prennent en charge  100% de la phase d’accueil et du diagnostic. Cela représente un coût d’environ 1500 Ä/ exploitant. Par ailleurs, les agriculteurs intégrés dans la  cellule REAGIR ont été traités en priorité  lors de la mise en place de certaines aides exceptionnelles d’état (FAC etc…)

 

Si l’on est dans REAGIR: tout le monde est au courant !

C’est FAUX : Seuls les partenaires de l’entreprise, après accord des exploitants,  sont au courant de la présence d’une exploitation dans le dispositif REAGIR. La DDT peut l’être également dans cadre d’un dispositif exceptionnel de crise, mais aucun document lié à l’exploitation ne circule dans les commissions et les dossiers sont traités sous couvert d’anonymat. La Chambre d’Agriculture, liée à une démarche qualité, a mis en place des dispositions encadrant la confidentialité. Etre dans

le dispositif REAGIR : C’est avouer son échec

C’est Faux : Entrer dans REAGIR c’est au contraire avoir pris conscience de sa situation.

Toutefois c’est aussi accepter des remises en question.

 

Etre dans REAGIR : c’est accepter des remises en question

C’est Vrai et indispensable : sans cela, pas de solution durable. Le plus dur c’est d’intégrer sa situation pour ensuite prendre les décisions qui s’imposent. Au-delà d’un sentiment d’échec, c’est un processus  complexe pour faire le pas vers le changement. L’acceptation du changement est parfois plus difficile que l’acceptation de sa situation.

 

Etre dans REAGIR : c’est aussi un accompagnement humain

C’est plus que jamais essentiel car être en difficulté c’est accepter des efforts.  Sans respect de la dignité des personnes, pas d’accompagnement réussi. Dans la limite du respect des engagements des exploitants, nous nous efforçons de préserver l’humain dans tous les projets y compris lorsqu’il faut se résoudre à céder l’exploitation car il est trop tard.

 

 

 

 

Comment savoir si je suis en difficulté économique ?

L’APCA, en partenariat avec la FNSEA, a mis en ligne un outil en ligne de diagnostic gratuit, anonyme, accessible à tous, permettant de se positionner :

http://www.agricollectif.fr


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui