L'Avenir Agricole et Rural 28 novembre 2013 à 08h00 | Par JLB

CHAMBRE D’AGRICULTURE - Ambitions mesurées

La session du 25 novembre s’est prononcée sur la réforme de la PAC dans un contexte économique morose mais néanmoins prometteur si les politiques publiques prennent mieux en compte le contexte local. Elle programme un budget 2014 à la fois serré et ambitieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le budget de la Chambre est constitué à 50 % par des prestations de services.
Le budget de la Chambre est constitué à 50 % par des prestations de services. - © JLB

Déjà près de 1175 mm d’eau !

Dans son propos d’introduction, Christophe FISCHER a rappelé les contextes climatique et économique peu favorables de l’année  qui se caractérisent par deux excès : l’eau et les charges ! Il a aussi résumé les quelques grandes missions récentes de la Chambre Consulaire.

C’est le chiffre enregistré à ce jour sur le secteur de Chaumont qui connaît une pluviométrie annuelle moyenne de 890 mm. En plus cette eau n’est pas tombée au bon moment et encore moins régulièrement. Les récoltes ont été globalement médiocres et difficiles. Certains maïs grain ne se sont toujours pas récoltés sachant que cette année une bonne partie a été ensilée pour tenter de palier au faible tonnage. La culture de tournesol, qui s’était développée ces dernières années, est globalement calamiteuse. Le Président de la Chambre d’Agriculture espère néanmoins que cette déconvenue ne remettra pas en cause les assolements à venir, lesquels sont aussi fortement perturbés dans certains secteurs qui n’ont pas encore pu semer les céréales d’hiver. La situation économique des exploitations haut-marnaises est préoccupante avec des baisses de revenus de plus de 60% (entre 50 et 100 Euros/ha contre un revenu moyen de l’ordre de 250 Euros/ha les années précédentes).

Les prix se sont pourtant globalement améliorés sur les produits animaux (viande et lait) même si les niveaux ne sont pas à la hauteur de ce que les producteurs pourraient attendre des marchés. Une fois de plus, les 6 centrales d’achat des GMS sont accusées d’abus de position dominante avec des pratiques féodales

Ce sentiment est largement partagé par la coopération et les industries agro-alimentaires en général. Les charges étaient aussi dans le collimateur du Président de la Chambre qui veut toutefois croire à la sortie du tunnel. Il constate que les agriculteurs restent motivés, y compris les éleveurs laitiers dont le troupeau s’est maintenu, voire légèrement amélioré (42 570 vaches laitières contre 42 300 en 2012). Cette stabilité, dissimulant toutefois une baisse de volume liée à la médiocre qualité du maïs ensilage de l’an dernier. La Chambre d’Agriculture apporte son appui technique en cherchant à innover. Christophe FISCHER a rappelé quelques missions récentes sur l’agro-écologie avec la candidature au GIEE (Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental), la réorganisation de la gouvernance de l’abattoir ou encore les journées de réflexion sur l’avenir de l’élevage.

Rénovation de la Maison de l’Agriculture

Le choix est aujourd’hui fait de la rénovation du bâtiment existant qui a plus de 40 ans et qui devait être mis aux normes en termes d’accessibilité et d’isolation. En accord avec les locataires actuels, à l’exception de CER France  qui a pris la décision de construire sur la zone Grand Est de Chaumont, il a été convenu de constituer une Société Civile Immobilière d’Attribution (SCIA) pendant la durée des travaux. Le petit bâtiment B récemment construit, sera à terme libéré pour être soit vendu soit loué. Une première estimation des travaux s’élève à 2,5 MEuros dont 1,5 MEuros pourrait être apporté par la Chambre d’Agriculture qui réduirait ainsi ses fonds propres de moitié. Le complément environ 1 MEuros pourrait être financé par les autres OPA du site.  Le montage juridique et financier sera affiné au cours de l’année 2014 et les travaux pourraient débuter fin 2015.


Un budget  tendu et ambitieux

Le budget global de la Chambre d’Agriculture est 7,6 MEuros, lequel est constitué pour moitié de prestations de services. Le foncier non bâti qui représente 22 % des recettes est très encadré par les pouvoirs publics qui n’accordent d’ailleurs cette année aucune marge d’augmentation de taux. Quant aux subventions d’exploitation (17 % des recettes) elles sont soumises à perpétuelles révisions et contractualisation avec l’Etat, les Collectivités Locales  et les Agences de l’Eau. En face les charges  sont peu compressibles et la tendance n’est malheureusement pas à la baisse. La Chambre d’Agriculture, qui est avant tout un organisme de prestations de services (publics et privés), doit donc chercher à optimiser sa masse salariale sans détériorer la qualité  de son offre malgré des sollicitations accrues, tant de l’Etat que des attentes du monde agricole, lui aussi sous tension économique et réglementaire. La session de la Chambre a donc pris la résolution d’augmenter raisonnablement les prestations de 2%. Les effectifs ont été diminués l’an dernier (3 départs contre 1 recrutement) pour s’établir à 85,1 ETP (Equivalent Temps Plein), un chiffre qui devrait rester stable. Sur cette base, le budget 2014 est présenté en quasi équilibre, étant précisé que celui de 2013 sera déficitaire (de l’ordre de 130 000 Euros) comme cela avait été prévu. Ce budget prévisionnel a été adopté à l’unanimité.

Suite de cet article dans notre édition du 29 Novembre.

Ils ont dit

Thierry LAHAYE : «on est les oubliés de cette réforme, il nous faut des réglementations accessibles»

Françoise HENRY : «la polyculture élevage en zone intermédiaire doit être mieux reconnue»

Jean Michel RABIET (représentant le Conseil Régional) : «plus on perd d’aides, plus on perdra d’exploitations»

Michèle BOUCLEY : «ce n’est pas aux éleveurs d’installer les clôtures électriques pour se protéger du loup, ce ne sont pas nos bêtes qui divaguent»

M. BANDURIER (DDT) : «des dérogations collectives pour l’épandage de lisier seront prochainement publiées»

Christophe FISCHER : «les loups «domestiqués» doivent être détruits»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2471 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2471 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui