L'Avenir Agricole et Rural 10 juillet 2014 à 08h00 | Par Jean-Louis BLONDEL

Bleu Blanc Coeur : une marque qui se démarque

Les responsables de la Commission Elevage de la FDSEA ont souhaité approfondir la démarche, «bleu blanc cœur» qui rencontre un réel succès auprès des professionnels de la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pauline Vanel anime le réseau de l’association BBC dont le siège est situé en Ille et Vilaine .
Pauline Vanel anime le réseau de l’association BBC dont le siège est situé en Ille et Vilaine . - © JLB

Une affaire d’oméga 3

Régis VAUTRIN, éleveur de porcs a converti depuis plusieurs années son élevage sous la marque «bleu blanc cœur» qui se distingue par un apport d’aliments riches en oméga 3. Le cahier des charges impose aussi une obligation de résultat avec des prélèvements périodiques sur les produits commercialisés.

Des études scientifiques confirment l’effet bénéfique des oméga3 dans les aliments. Les animaux sont eux-mêmes producteurs de ce nutriment dès lors que leur nourriture est appropriée. Seuls les végétaux possèdent l’enzyme nécessaire à la synthèse des oméga 3. Le lin est la graine oléagineuse la plus riche en Acide Apha Linéolénique Omega 3 (ALA). Le colza en contient aussi mais dans une proportion moindre et il en est de même de l’herbe ou des graminées fourragères. Le cahier des charges prévoit des apports complémentaires d’ALA selon les animaux et leur régime de base.

Ce qui caractérise cette démarche c’est l’obligation de résultat qui est vérifiée périodiquement à partir du produit commercialisé (viande, lait, œufs etc…).

Le consommateur a ainsi la garantie de consommer un aliment  réellement riche en oméga 3 sans que ce soit un élément purement marketing comme on peut l’observer sur certains produits artificiellement enrichis (ex : yaourt, beurre etc…).

Qualité gustative et environnementale

Les promoteurs de cette démarche initiée en 2000 (éleveur laitier breton, un agronome et un nutritioniste), ont aussi mis l’accent sur l’intérêt gustatif et environnemental. La qualité gustative, s’est naturellement imposée comme un critère d’achat auprès des bouchers qui voient, avec l’œil du professionnel, la texture remarquable des viandes. Le consommateur a ainsi le double bénéfice santé + goût. La viande fond moins dans la casserole et sa saveur est supérieure. C’est ainsi que Viandes 52 gagne actuellement des parts de marché auprès des boucheries avec la viande de porc.

Ce succès pourrait aussi être décliné sur la viande bovine ou ovine. Quant à la plus-value environnementale, elle est apportée par le fait que la ration alimentaire privilégie l’herbe et les oléagineux non OGM, ce qui fait reculer le soja d’importation et renforce la biodiversité.

Il a par ailleurs été démontré par l’INRA que nourrir les vaches avec des végétaux riches en OMEGA 3 permettait de réduire les émissions de méthane de l’ordre de 12 % !

Des coûts maîtrisés

L’association BBC s’engage a contenir le surcout de consommation à un niveau global maximal à 5 %. Mais il peut y avoir des variantes selon les espèces et le régime de base des animaux. L’animatrice, Pauline Vanel s’est ainsi engagée à recontacter les éleveurs intéressés pour étudier plus finement les rations préconisées et leur coût car rien ne se fera sans que la démarche soit réellement gagnante pour les éleveurs. Lorsque ces informations seront disponibles, il est prévu d’en faire une plus large diffusion.

Pour des contacts complémentaires, consultez le site

www.bleu-flanc-coeur.com


BBC en quelques chiffres

- 5 000 éleveurs

- 750 produits estampillés

- 18 000 Ha de lin oléogineux

- 15 000 Ha de colza

- et de l’herbe à volonté !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2412 | septembre 2016

Dernier numéro
N° 2412 | septembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui