L'Avenir Agricole et Rural 13 décembre 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

BIOGAZ, EMC2 se tourne vers la méthanisation

Disposant de nombreux atouts, la méthanisation continue de bien se développer dans notre région. EMC2 a décidé de s’y intéresser en créant une section dédiée et en embauchant un spécialiste qui accompagnera les agriculteurs dans leurs projets.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« La coopérative doit trouver de nouvelles activités » a déclaré Philippe Mangin lors de l’assemblée générale d’EMC2 élevage le 27 novembre à Semoutiers (52).
« La coopérative doit trouver de nouvelles activités » a déclaré Philippe Mangin lors de l’assemblée générale d’EMC2 élevage le 27 novembre à Semoutiers (52). - © T MORILLON

Le revenu des agriculteurs est très variable d’une année sur l’autre et d’une production à l’autre. « On se bat au quotidien pour vendre au mieux votre production, mais nous sommes dans un marché européen et mondial » explique Philippe Mangin. « Les adhérents doivent trouver de nouveaux compléments de revenus et la coopérative de nouvelles activités. La méthanisation peut apporter de vraies solutions. C’est le rôle de la coopérative d’aider ceux qui veulent se lancer dans la méthanisation, en particulier en projets collectifs ». Elle pourra également s’appuyer sur ses services de maintenance et de transport.

 

Avec un prix garanti pendant 15 ans, une unité de méthanisation est un moyen d’avoir un complément de revenu stable, stabilité qui n’existe plus dans le métier d’agriculteur. C’est aussi une solution pour traiter les effluents d’élevage et les valoriser, tout en réduisant les intrants et en améliorant le bilan carbone. La méthanisation peut aussi être une alternative aux contraintes réglementaires comme la directive nitrate.

 

Le Grand Est leader

Notre région est celle qui possède le plus de méthaniseurs en France. En mai 2018, la Haute-Marne en comptait 8 (dont un à injection), la Meurthe et Moselle 13, les Ardennes 10 et la Meuse 8 (dont un en injection). D’après les estimations, ces chiffres devraient doubler en 2019 sur le Grand Est. Toutefois le Président d’EMC2 appelle à la vigilance, « il peut y avoir de la concurrence sur les matières premières ».

 

L’Ademe désire un développement harmonieux sur le territoire et apportera son soutien en priorité aux projets qui ont une ressource sécurisée et qui valorisent la chaleur. De son côté, EMC2 veut accompagner en premier lieu les projets à injection, mais reste ouvert à la cogénération.

 

Des paramètres à prendre en compte

La méthanisation est très technique, « il ne faut sous-estimer le temps, les connaissances et l’astreinte quotidienne » prévient Christophe Clesse, la nouvelle recrue d’EMC2 en charge de la méthanisation. L’emplacement d’un méthaniseur à injection est dépendant de la proximité du réseau de gaz. Il en existe deux. GRT Gaz possède de grosses canalisations permettant une injection quasi-illimitée, ce qui est favorable aux gros projets (entre 25 000 et 55 000 t de matière). Tandis que le réseau GRDF correspond à des projets plus modestes (environ 11 000 t de matière).

 

Monter un projet de méthanisation prend du temps : de son étude à la production de gaz, 24 mois sont nécessaires au minimum. Le pouvoir méthanogène est très différent selon les produits, mais on ne peut pas utiliser une matière unique : il est nécessaire de trouver un bon équilibre biologique, alimentaire, mais surtout économique.

 

Les atouts agronomiques

Matthias Sexe, Directeur agronomie et Développement EMC2, a rappelé tous les bienfaits agronomiques d’un méthaniseur : réduction des intrants grâce à l’allongement des rotations, introduction de nouvelles successions de cultures, valorisation des CIPAN. « Des expérimentations sont en cours sur les Couverts Intercultures à Vocation Énergétique (CIVE) ». EMC2 sélectionne actuellement une gamme de maïs dédiée à la méthanisation, « on observe plus de 30 % de différence selon la variété ». Les successions de cultures et les rotations les plus productives et rentables sont également étudiées.

 

Suite de l'article dans notre édition de cette semaine page 03

Bonne lecture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2531 | janvier 2019

Dernier numéro
N° 2531 | janvier 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui