L'Avenir Agricole et Rural 27 juin 2019 à 10h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

BIOÉNERGIE : LA MÉTHANISATION N'ÉPUISE PAS LES SOLS

Lors des portes ouvertes d’Agrifyl’s à Chaumont, une conférence a abordé le bio GNV (la version renouvelable du Gaz Naturel pour Véhicules) et l’aspect agronomique de la méthanisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © T MORILLON

«Quand on parle de la méthanisation, il y a encore beaucoup de sujets qui prêtent à confusion » fait remarquer Thierry Lahaye, l’un des 4 agriculteurs-associés d’Agrifyl’s Énergie, le méthaniseur qui alimente en gaz jusqu’à 30 % des foyers chaumontais l’été. L’objectif de ces portes ouvertes était justement de faire découvrir cette énergie d’origine agricole aux citadins et de balayer les idées reçues, par la visite des installations et par un exposé de GRDF et de la Chambre d’agriculture.

 

Le GNV qu’est-ce c’est ?

« La mobilité est un usage méconnu du gaz, le GNV est très peu développé en France » explique Florence Begyn-Bricaire, directrice territoriale GRDF de l’Aube et de la Haute-Marne. Le GNV existe sous deux formes : le GNC qui est comprimé et le GNL qui est liquéfié. Ce dernier est utilisé uniquement pour les véhicules lourds comme les camions et les bus. Le GNV est approvisionné par des gazoducs (80 %) et des terminaux méthaniers (20 %), alors que le bio GNV est produit localement à partir de déchets (agricoles, industriels, ménagers) ou de boues de stations d’épuration.

 

Ce carburant est beaucoup moins polluant, si on le compare au diesel, il émet -80 % de CO2 -95 % de particules fines et -50 % d’oxydes d’azote. Il a aussi l’avantage de ne produire ni fumée ni odeur et d’utiliser une motorisation deux fois plus silencieuse. Enfin, le prix est 20 à 30 % moins cher que le diesel, il est en moyenne à 1 Ä le litre. Les véhicules ont une autonomie comprise entre 500 et 600 km. Le remplissage du réservoir s’effectue de manière classique. De plus, les véhicules, bénéficient d’une fiscalité favorable.

 

En France, on dénombre 109 stations GNC et 34 stations GNL ouvertes, 75 sont en projet. Sur les 17 950 véhicules, la plupart sont des utilitaires (40 %), des bus (18 %) et des poids lourds (14 %). GRDF estime qu’il y aura 35 000 véhicules utilisant le GNV en 2 030. Malgré tous les avantages de ce carburant, son développement est freiné par un très mauvais maillage territorial des stations, ce qui n’est pas le cas dans nos pays voisins.

suite de l'article dans notre numéro de cette semaine en page 05

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2574 | novembre 2019

Dernier numéro
N° 2574 | novembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui