L'Avenir Agricole et Rural 22 juillet 2010 à 09h58 | Par E. DAUPHIN

Bilan d’étape moisson - Plus de peur que de mal

En dehors de l’escourgeon qui s’est finalement avéré décevant au niveau des rendements, la récolte de céréales 2010 sera finalement dans la moyenne haut-marnaise, malgré les craintes suscitées par la sècheresse de début juillet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Orges d’hiver

Après un début de récolte plutôt optimiste, les écarts se sont creusés au fil de la récolte, avec une fourchette de rendement allant de 40 à 75 qx sur le département. Le sud, qui a eu plus d’eau, semble tirer son épingle du jeu tandis que les basses températures du mois de juin ont été défavorables au nord. Par contre sur l’aspect calibrage et taux de protéines, on est bien situés, confirment Joël Zehr d’EMC2 et Michel Ménétrier de la SEPAC.

Blé

Un tiers de la récolte est fauché. Comme pour l’orge d’hiver, on constate que le PS et le taux de protéines sont très corrects. La crainte des températures élevées a finalement eu moins de conséquences que prévu sur les rendements avec des fourchettes supérieures aux prévisions de 10 qx : 55-65 en petites terres et 65-75 en terres profondes.

Colza

Avec 20 % de surface fauchée, il est encore trop tôt pour faire un bilan objectif. Les rendements font le grand écart, de 20 à 35 qx, plutôt en défaveur du nord. Les variétés précoces type adriana et catalina s’en sortent bien. Quant aux hybrides (Exo7 et NK aviator), leur performance reste à confirmer. Michel Ménétrier, de la SEPAC est néanmoins confiant en ces variétés malgré les pluies annoncées car grâce à l’amélioration génétique, elles ne s’égrènent plus comme auparavent.

Les rendements qui descendent à 15qx/ha sont souvent des parcelles qui ont manqué de fumure phosphatée lors du semis. Le désherbage «light» a également des conséquences catastrophiques sur les rendements, explique Joël Zehr.

Frénésie des marchés

Après l’embrasement des prix de plus de 30 euros, lié aux aléas climatiques et à la prévision de sècheresse en Russie, les corrections à la baisse s’appliquent tout aussi brutalement aux cotations des marchés sur Euronext, qui perdent 15 euros au fur et à mesure que les récoltes rentrent, pour s’établir à la clôture de notre édition à :

• 166 euros/tonne pour le blé

• 193 euros/tonne pour l’orge de brasserie

La volatilité des marchés n’étant pas propice au volume d’affaires, nombre d’agriculteurs optent pour l’option de stockage à la ferme ou dans leur OS. A la SEPAC, jusqu’à 70 % du blé livré à la moisson est en stockage, précise Michel Ménétrier. Les agriculteurs ont ainsi jusqu’au 31 août pour choisir entre un prix moyen, une vente au cours du jour ou la mise en stockage, moyennant des frais.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui