L'Avenir Agricole et Rural 29 août 2013 à 10h14 | Par Jean-Louis BLONDEL

Banque - Le Crédit Agricole conforte sa position

Les responsables de la Caisse Champagne Bourgogne ont échangé avec les représentants de la FDSEA et des JA sur le métier de la banque et les attentes du monde agricole. La proximité est une valeur que l’établissement bancaire cherche à cultiver au mieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Courtier, Président des JA, Vincent Delatte, Président de la Caisse Régionale, Jean-Yves Rémillet, Vice-Président et Frédéric Delore, responsable de l’agriculture ont signé un nouveau partenariat le 4 juillet dernier.
Vincent Courtier, Président des JA, Vincent Delatte, Président de la Caisse Régionale, Jean-Yves Rémillet, Vice-Président et Frédéric Delore, responsable de l’agriculture ont signé un nouveau partenariat le 4 juillet dernier. - © JLB

Pas de performance sans résultat

Garder les parts de marché lorsqu’on est en position de leader n’est jamais évident et les dirigeants du Crédit Agricole savent que ce challenge passe à la fois par la performance et la confiance.

Pour l’agriculteur la banque est d’abord considérée comme le partenaire financier de ses projets professionnels. Mais avant de prêter il faut collecter. Tristan LAMY, Directeur du développement des marchés, a rappelé les normes internationales qui obligent les établissements bancaires à augmenter leurs fonds propres.

Or, il n’y a pas d’autres moyens pour cela que développer l’actionnariat ou constituer des réserves. Sur les 80 MÄ de résultat annuel que réalise la Caisse Champagne Bourgogne, 30 sont bloqués par la constitution quasi obligatoire de fonds propres du fait de l’augmentation du volume des prêts. Une trentaine d’autres permettent de constituer des provisions pour risques, lesquels ne sont jamais négligeables dans le métier de la banque. Pour prêter il faut aussi préalablement collecter de l’argent et la force du Crédit Agricole est justement d’avoir un encours de collecte très confortable, assuré en grande partie par les clients non agricoles. La Caisse de Champagne Bourgogne peut ainsi se prévaloir de 15 milliards de ressources, dont plus de la moitié est disponible pour répondre aux demandes d’emprunt, de ses clients. Les valeurs mobilières et les assurances vie, qui représentent respectivement 14 % et 29 % de la collecte, sont en effet considérées comme étant hors trésorerie. La Caisse Régionale est ainsi peu dépendante des marchés monaitaires pour financer les encours de crédit de 9,5 milliards d’euros, dont 2,1 milliards pour l’agriculture.

Une offre de services multiples

Comme la plupart de ses concurrents, le Crédit Agricole est aujourd’hui une banque-assurance. Si l’assurance-vie peut être considérée comme une forme d’épargne, il n’en est pas de même l’assurance des biens. Le Crédit Agricole gagne néanmoins des parts de marché dans ce domaine. 44 000 contrats ont été souscrits en 2012 dont 200 au titre de l’assurance récolte contre 50 en 2011.

Vincent DELATTE, Président, rappelle que la Caisse Régionale a vocation à accompagner tous ses clients quel que soit leur profil, leur ambition et leurs difficultés. Elle a aussi la volonté d’être un acteur du développement économique local. C’est ainsi que le Crédit Agricole, est de plus en plus présent dans les collectivités locales et le monde associatif.

Le financement de l’habitat représentant une part considérable de l’activité, la banque a investi ces dernières années dans le réseau d’agences immobilières: «square habitat» qui emploie 80 collaborateurs répartis dans 15 agences. Elle offre aussi des services complets et performants en matière de gestion de patrimoine privé et professionnel. Enfin, elle accompagne ses clients dans les projets les plus sophistiqués, tant à l’échelle locale qu’internationale. Elle dispose pour cela de la force d’un réseau susceptible de répondre à toutes les attentes.

Un ancrage agricole réaffirmé

Le qualificatif «agricole» reste essentiel pour les responsables des Caisses Régionales et particulièrement celle de Champagne-Bourgogne qui a la chance de se situer sur un territoire d’excellence avec des vignobles prestigieux. C’est un ancrage qui est économiquement et médiatiquement porteur. Il est donc essentiel pour le Crédit Agricole de garder un taux de pénétration très important en agriculture et cela passe naturellement par un accompagnement rapproché des jeunes agriculteurs. C’est ainsi que cette matinée d’échanges s’est conclue par la signature d’une nouvelle convention avec le Syndicat des Jeunes Agriculteurs de Haute-Marne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2461 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2461 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui