L'Avenir Agricole et Rural 16 août 2019 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

AUTONOMIE ALIMENTAIRE : UN NOUVEAU MODELE À CONSTRUIRE

2015, 2017, 2018, 2 019, le déficit hydrique pendant la période estivale se répète d’année en année et impacte la productivité des cultures estivales et des prairies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mélange de légumineuses.
Mélange de légumineuses. - © CA 52

Les stocks de fourrages sont entamés dans la plupart des élevages. Ces situations peuvent être stressantes et nous devons penser dès aujourd’hui à des modèles plus résilients.

À ce constat s’ajoute des problèmes dans les cultures avec une pression adventice de plus en plus forte et des solutions herbicides qui s’amenuisent. Les IFT herbicides des exploitations ont du mal à baisser malgré les efforts des agriculteurs qui allongent leur rotation quand les conditions pédo-climatiques le permettent, ajustent le travail du sol suivant les situations ou retardent leur date de semis.

Osons parler d’autonomie alimentaire ! Les surfaces en maïs doivent se localiser sur les terres à potentiels et laisser la place, dans les terres plus superficielles, aux prairies temporaires, méteils, légumineuses fourragères, sorgho ou association de cultures….

 

Deux changements de systèmes peuvent s’opérer ensemble :

- Des éleveurs plus autonomes, avec moins de maïs dans la ration, en valorisant leurs prairies permanentes ou en réintroduisant des prairies temporaires ;

- Des échanges entre des exploitations d’élevage et des exploitations céréalières pourraient se contractualiser pour trouver un fourrage local en fonction des besoins de l’année afin d’être moins dépendant du marché et éviter les spéculations ?

 

Un système gagnant-gagnant pour redynamiser nos exploitations. Des échanges se font dans d’autres régions via des bourses aux fourrages, des outils en ligne existent pour mettre en relation vendeurs et acheteurs.

 

Si vous aussi souhaitez être acteur et faire évoluer vos systèmes, la Chambre d’Agriculture de Haute-Marne vous propose cet automne des rencontres sur des exploitations qui ont commencé à faire bouger les lignes. Ces exploitations sont en GIEE et essayent d’avancer ensemble pour un avenir plus durable.

 

Dans ce « Rallye Fourrage » nous vous présenterons des élevages laitiers qui pratiquent le pâturage tournant dynamique, des céréaliers qui mettent à disposition des couverts pour faire pâturer des moutons. Nous vous présenterons également les premiers résultats de la plateforme d’Evoluterre sur Marbéville où des méteils sont souvent valorisés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2570 | octobre 2019

Dernier numéro
N° 2570 | octobre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui