L'Avenir Agricole et Rural 06 mai 2020 à 16h00 | Par TM

Augmentation de la vente directe : les producteurs s’adaptent

Avec le confinement, on pourrait penser que les consommateurs achètent uniquement leurs denrées alimentaires en grandes surfaces, mais certains ont changé leurs habitudes. C’est ce que constatent des producteurs du marché de Chaumont.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Manolie COLLOT pense que les  nouveaux clients resteront fidèles.
Manolie COLLOT pense que les nouveaux clients resteront fidèles. - © TM

Le marché de Chaumont ne s’est arrêté que le premier samedi du confinement. Il s’est réorganisé pour faire face à la pandémie de Covid-19 en appliquant des mesures barrières : file d’attente à l’entrée pour limiter le nombre de personnes sur place, installation d’un sens de circulation, mise à disposition de gel hydroalcoolique et marquage au sol pour respecter une distance d’un mètre. Du film plastique a été installé à hauteur de tête pour éviter toute contamination.

Arrivée de nouveaux clients
À la ferme de Busson, élevage de volaille à Maulain, la crise sanitaire n’a pas impacté le chiffre d’affaires. « Je travaille un peu avec des restaurants donc j’ai perdu toute cette activité. Mais ce n’est pas énorme, cela ne représente qu’une dizaine de volailles par semaine » explique Jean-François Didier. « Depuis un mois et demi, les particuliers ont largement compensé les ventes que je faisais auprès des restaurants. Le marché de Chaumont est un petit peu plus calme, mais j’ai beaucoup plus de ventes à la ferme. Par contre il faut se réorganiser : bien préparer les colis pour que les clients restent le moins possible sur la ferme et mettre en place une distanciation.

Mise en place de livraisons

Du côté de la Chèvrerie d’Artémis à Riaucourt, Estelle Foulon s’est adaptée dès le début. « Je ne livrais que trois restaurants donc il n’y a pas eu un gros impact économique. Je ne me plains pas, car la vente des produits continue à bien fonctionner. Il y a même certains systèmes de vente qui marchent mieux que d’habitude comme La Ruche qui dit Oui dont je fais partie. Les systèmes de drive ont pris une nouvelle ampleur donc ça ne se compense pas trop mal. Comme je ne savais pas si le marché allait reprendre j’ai mis en place un mode de livraison à domicile. Puisque je livre déjà des magasins sur Chaumont le mardi, j’en profite pour faire de la livraison aux particuliers ce jour-là. Je livre aussi les villages aux alentours de Riaucourt.

Bonnes ventes en produits frais
Le groupement de producteurs Richesses du terroir propose de nombreux produits au marché de Chaumont. « Sur notre stand, ce sont les produits frais qui se vendent, les gens achètent surtout ce qui est essentiel » explique Florie Devilliers de la Ferme d’Orchamps à Richebourg. « Les épiceries fines ne fonctionnent pas très bien en ce moment, par contre mes produits à la boucherie de Brin de Campagne se vendent très bien. On constate qu’il y a maintenant davantage de ventes à la ferme. Les gens se déplacent plus qu’avant, ils jouent le jeu. On entend pas mal dans les médias qu’il faut faire vivre le local et les consommateurs ont bien répondu présents. On voit de nouvelles personnes ».

La situation a donné de nouvelles idées à l’éleveuse. « Avant je faisais faire la fabrication des saucisses et du magret fumé par d’autres personnes, car je n’avais pas le matériel. Avec la situation je me dis que ce n’est pas pratique d’être dépendante des autres alors j’ai acheté mon propre matériel et je fais des essais. J’évite des déplacements et de me retrouver avec d’autres personnes. C’est plus simple maintenant ».

Vous pourrez retrouver l integralité de cet article dans notre édition du 08 mai 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2601 | mai 2020

Dernier numéro
N° 2601 | mai 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui