L'Avenir Agricole et Rural 06 février 2014 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ASSEMBLEE GENERALE JA 52 - L’elevage de zone intermédiaire est aussi perdant

C’est un appel au secours qui a été lancé par les Jeunes Agriculteurs à leur Président national, François Thabuis, lors de leur assemblée générale à propos de la réforme de la PAC. Les zones intermédiaires, et donc l’installation, vont être fortement impactées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Jeunes Agriculteurs comptent 320 adhérents.
Les Jeunes Agriculteurs comptent 320 adhérents. - © JLB

Installations en baisse

 

«Mini réforme, maxi complications»

Nicolas-Jean Brehon, conseiller au Sénat, a expliqué que la PAC était devenue libérale avec des aides au revenu qui ont remplacé progressivement les soutiens au marché.

«On garde le même budget, quel que soit le nombre d’Etats Membres et l’évolution de l’inflation». Le niveau d’aide va aussi être harmonisé par l’effet de la convergence européenne et nationale. Il a évoqué les problèmes liés au verdissement qui représente désormais 30 % du premier pilier (maintien des prairies permanentes, diversité des cultures et SIE).

Nicolas-Jean Brehon estime qu’il ne s’agit pas d’une profonde évolution, c’est la poursuite de la politique engagée par les deux précédentes réformes, mais elle comporte un maximum de complication, surtout avec les options prises par la France. Son exposé a été largement conforté par les cas concrets présentés par la Chambre d’Agriculture.

Suite de cet article dans notre édition du 07 Février 2014.

Extrait du rapport moral de Vincent COURTIER

«Etre JA c’est être acteur de son territoire et défenseur de son métier. Il faut des volontaires. Le Conseil d’administration a été renouvelé ce matin. 12 nouveaux administrateurs et stagiaires rejoignent l’équipe départementale.

Le 10 février, ils se réuniront pour choisir leur nouveau président et les membres du bureau.

Nous sommes en colère. L’objectif de l’Etat et de la Région n’était –il pas le soutien à l’élevage ? Il n’en est rien ! La réforme de la PAC pénalise l’ensemble des systèmes présents sur notre territoire.

Nous ne pourrons pas compter pour le moment sur les MAE ni sur les soutiens à l’élevage qui comprennent des critères de spécialisation et des exigences environnementales inadaptées à notre zone intermédiaire.

Les éleveurs de vaches allaitantes vont toucher 200 j jusqu’à la 40ème Vache Allaitante, ce n’est pas inciter l’élevage. Les éleveurs vont tout simplement réduire leur troupeau, moi le premier.

En lait, ce n’est pas mieux, c’est presque l’aumône 1200 j par élevage, c’est peu considérer cette production.

L’autorité de gestion du deuxième pilier est confiée au conseil régional. L’enveloppe affectée aux MAEC est insuffisante au regard des besoins effectifs. Néanmoins, nous nous félicitons de la ligne engagée pour l’installation. Nous espérons plus que tout atteindre l’objectif de 250 installations pour la région. Or, si ce n’était pas le cas, je compte sur le Conseil Régional pour appliquer une fongibilité entre les lignes sur ce dispositif et sur les autres».

(...)


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2461 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2461 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui