L'Avenir Agricole et Rural 02 mai 2014 à 10h22 | Par Jean-Louis BLONDEL

Assemblée générale de la FDC52 - Vers une chasse plus responsable

Sous l’impulsion de son nouveau Président, Thomas CORVASCE, la FDC veut redonner de l’attractivité à ce loisir et responsabiliser davantage les chasseurs à l’égard des dégâts. Le deuxième Schéma Cynégétique prépare pour 6 années cette stratégie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDC propose «tout à 1 euro» pour inciter au recrutement de jeunes chasseurs.
La FDC propose «tout à 1 euro» pour inciter au recrutement de jeunes chasseurs. - © JLB

Les dégâts de gibier, c’est une montagne russe qui évolue en fonction du prix des denrées et des surfaces détruites. En 2013, la Haute Marne a atteint un point haut.

1,4 M Euros pour l’exercice 2012-2013

Ce montant versé aux agriculteurs sinistrés, auxquels s’ajoutent environ 240 000 Ä de frais d’expertise, correspond aux dégâts déclarés entre le 1er juillet 2012 et le 30 juin 2013 ; la date de déclaration étant le fait générateur. Ce sont donc principalement des dégâts de la campagne culturale N-2 avec des prix de denrées élevés. Le barème 2012 avait en effet augmenté de 30 ; en 2013 il a rechuté dans la même proportion. Par ailleurs les dégâts de l’hiver de la campagne 2013-2014 s’avèrent en nette diminution de volume. Il ne serait donc pas surprenant que le compte «dégâts» enregistre une très forte baisse lors du prochain exercice. Néanmoins la Fédération des Chasseurs a établi un budget prévisionnel sur la base 1,2 M Ä. La volatilité du risque et sa désynchronisation des comptes de la FDC rendent très difficile la compréhension. De même le lien entre l’agrainage et les dégâts, est pour le moins discutable. Les chasseurs martèlent l’argument selon lequel le maintien de l’interdiction au cours de l’hiver 2012-2013 a été la cause principale de la dégradation de cette inflation. Un émissaire, Monsieur Yves LOMBARD, a même été mandaté pour faire une diatribe en tribune à l’encontre du Préfet qui a dû rappeler l’absence de lien de connexité entre les deux évènements. En effet, rien ne prouve que les dégâts aient été causés pendant la période d’interdiction.

En revanche, il n’est pas interdit de penser que la mesure ait eu un impact sur la baisse de population, engendrant le faible niveau de dégâts constatés cette année. D’ailleurs dans les propos des chasseurs on note souvent une ambiguïté entre l’agrainage, la  préservation des dégâts et le maintien de la population. Le Fédération des Chasseurs estime en effet que le tableau de chasse de l’ordre de 6 600 sangliers cette année n’est pas suffisant. C’est évidemment un point de divergence avec le monde agricole et peut-être un certain nombre de chasseurs qui ne pratiquent pas la chasse «commerciale» principalement liée à des critères quantitatifs.

Bracelets de 35 à 130 Euros

Le dispositif mis en place l’an dernier pour responsabiliser financièrement les adjudicataires par unité de gestion, engendre des écarts substantiels avec des sur-cotisations pouvant aller jusqu’à   115 Euros/Bracelet. La FDC a mis deux propositions au vote et c’est la formule la plus mutualisante qui a été retenue (cf tableau).

L’objectif de la FDC est de cibler les points noirs en analysant la situation au plus près du terrain. Les Unités de Gestion provoquent des effets de frontières qui ne sont pas toujours bien compris. C’est pour cette raison qu’une certaine mutualisation s’impose. Le Président a aussi promis d’étudier le cas particulier des UG qui sont limitrophes d’autres départements.

Les bracelets cervidés ont été reconduits à l’identique sachant que cette catégorie s’autofinance largement.

Sur le plan budgétaire cette augmentation du bracelet sanglier n’engendrera pas  nécessairement un supplément de recettes car le nombre de timbres et d’attributions  est prévu à la baisse. Cette gestion prudente génèrera probablement un nouvel excédent du compte dégâts de gibier qui a été positif de 153 900 Euros au 30/06/2013 après précédent résultat de 938549 Euros. Ces bénéfices ont permis d’éponger le déficit de 2011 (-569 000 Euros) et le remboursement d’un prêt de 300 000 Euros du compte fonctionnement vers le compte dégâts. La situation financière du service dégâts est donc aujourd’hui très saine mais la vigilance est de règle compte tenu des variations précédentes.

La suite de cet article dans notre édition du 02 Mai 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2518 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2518 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui