L'Avenir Agricole et Rural 18 avril 2013 à 09h59 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA FD CUMA 52 - Les données sont à la Source...

L’assemblée générale de la fédération départementale des CUMA a eu lieu à Illoud. La CUMA des Sources, sous la Présidence de Denis Thiébaut, a organisé l’accueil des participants. Ce groupe joue un rôle central dans l’action régionale Mécanalyse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Bilan d’activités 2012

Sur le plan financier, la FDCuma est excédentaire de 14 441 euros en 2012, pour un bilan global de 100 722 euros. Le département compte désormais 71 groupes. Quatre cessations d’activité ont eu lieu l’an passé : la Cuma de la Renne à Saint Martin sur la Renne, la Cuma de Pierremont à Pierrefaites, la Cuma du Plateau à Wassy et la Cuma de Saint Pèregrin à Poinson les Fayl.

Le chiffre d’affaires moyen « base 2 011 » s’établit à 51 600 euros pour des Cuma qui comptent en moyenne une vingtaine d’exploitations adhérentes.

En 2012, 40 groupes ont réalisé des investissements. Malgré les prévisions de ralentissement, trois millions d’euros auront été investis au sein du réseau Cuma départemental. Des acquisitions destinées au renouvellement à 70 %. Le parc matériel compte actuellement environ 1 200 outils.

Les tendances émergentes portent sur les distributeurs d’engrais à pesée, les herses à prairie, les enrubanneuses, les semoirs TCS ou direct et les déchaumeurs.

53 broyeurs à végétaux ont été acquis, en partie avec le soutien des aides régionales à travers le dispositif « Aide à la valorisation de l’herbe ».

Les Cuma étaient également éligibles à l’aide à la mécanisation de groupes durable. En tout 22 Cuma ont engagé 25 demandes pour un montant de 173 000 euros. Ces deux dispositifs ne sont pas reconduits en 2013.

Le Conseil général a alloué une ligne budgétaire de 20 000 euros en faveur de l’acquisition d’équipements contribuant aux énergies renouvelables. Seul le compacteur mobile de déchets plastiques de la CUMA départementale a obtenu une aide de 3 000 euros. Ce dispositif est quant à lui reconduit.

Le réseau Cuma Grand Est a engagé la réalisation d’un guide des prix de revient sur les données comptables des Cuma 2011, afin d’actualiser les repères. Ce document sera bientôt disponible.

 

Focus sur l’action technico-économique « Mécanalyse »

Au niveau régional, le projet « Mécanalyse », porté politiquement par Laurent Mangeart des Ardennes au titre de la FRCuma et mis en œuvre par la FDCuma 52 s’inscrit sur une mise en œuvre d’une durée de trois ans. Il permettra de produire des références actualisées en matière de charges de mécanisation, d’affiner les connaissances en matière d’adaptation tracteur/outil et de consommation de carburant. Dans ce cadre, une enquête « Exploitation », harmonisée sur les quatre départements est proposée aux adhérents. 80 questionnaires dans le département ont été collectés. L’objectif est de 120. Dominique Guenat, président de la FDCUMA, invite un maximum d’agriculteurs à continuer d’y répondre.

Cette action d’envergure bénéficie de fonds européens FEADER, des aides de la Région Champagne Ardenne et des aides de l’ADEME.

Dans le même temps, un équipement de mesure a été installé sur le tracteur de la Cuma des Sources en juin 2012. La récupération de ces données va permettre d’alimenter le projet de recherche appliquée mené à la station des Cormiers en Bretagne intitulé Ecofuel.

 

- © ERIC AUBRY

 

DES REPÈRES DE PUISSANCES

Alors que le carburant avoisine les 80 cts/litre, le choix de la puissance a un impact crucial sur la consommation de carburant et sur les charges de mécanisation. Didier Debroize, ingénieur en machinisme à la Chambre d’Agriculture de Bretagne est venu présenter les premiers résultats du projet Ecofuel qui a débuté en 2009.

Si certaines mesures comme l’éco-conduite peuvent être rapidement mises en place sur l’exploitation, d’autres, comme l’adéquation tracteur/outil relèvent d’une stratégie d’équipement de l’exploitation à long terme. Pour guider les stratégies d’investissement, le projet Ecofuel vise à créer une interface de conseil adaptée à chaque exploitation à partir de données de référence collectées « à la source », c’est-à-dire au sein même du bloc-moteur. Pour chaque tracteur équipé, une cartographie a été réalisée par un passage au banc moteur. Elle permet d’obtenir une « courbe enveloppe », soit la puissance maximum développée en fonction du régime moteur, associée à la consommation spécifique de carburant en gr/kWh. Le résultat peut être sensiblement différent de celui annoncé par le constructeur. Des écarts significatifs peuvent même exister entre deux tracteurs de modèle identique, explique l’intervenant.

Des débimètres installés sur une trentaine de tracteurs ont permis d’analyser la consommation et la puissance de chacun d’entre eux, seconde après seconde. Au total, 14 500 heures d’enregistrement, soit 52 millions de lignes de données, ont été collectées.

Pour chaque séquence de travail, on obtient ainsi un nuage de points (voir graphique ci-dessous). Placé sur la cartographie spécifique au tracteur, il permet de mesurer l’adéquation du tracteur à l’outil et à la tâche réalisée. Typiquement, un tracteur « valet de ferme », attelé à une désileuse pailleuse et dont la vitesse sera inférieure à 3 km/h, d’une puissance de 100 CV consommera 50 % de plus qu’un tracteur de 50 CV, dont la puissance sera adaptée aux tâches demandées. Descendre à 45 CV permettrait même d’économiser 10 % de carburant supplémentaire.

Le John Deere de la Cuma des Sources a été instrumenté en juin dernier. Eric Aubry, animateur de la Fdcuma 52, se charge de la vérification des capteurs et de la collecte des données. Au 12 mars, 450 heures de fonctionnement et 8 900 litres de consommation ont été enregistrés. Un maximum d’outils ont été utilisés afin de faire travailler le tracteur dans différentes conditions : presse, canadien, bennes 12 tonnes et 18 tonnes…

 



- © ERIC AUBRY

 

Rendez-Vous

 

Mécafourrages sera l’événement 2 013 porté par la Fédération Nationale des cuma en partenariat avec le journal Entraid’. Ce salon dynamique, dédié à la chaîne de récolte des fourrages, est un véritable rendez-vous professionnel pour tous les éleveurs. Ateliers techniques, démonstrations aux champs et forum débat remplissent cette journée.

Mécafourrages aura lieu

le jeudi 16 mai 2013 à Toutry (Bourgogne)

THÈME : Des systèmes fourragers autonomes et économes

Plus d’infos sur www.france-cuma.fr


 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui