L'Avenir Agricole et Rural 30 avril 2015 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

APVA : L'OROBANCHE RAMEUSE

plante parasite du colza et du chanvre à surveiller !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ARVALIS

L’an passé quelques parcelles de Chanvre en Haute Marne ont été concernées par cette plante parasite.

Il y a encore très peu de dégât sur le département mais il faut rester vigilant.

 

Petit focus :

L’orobanche rameuse « Orobanche ramosa » est une plante parasite non chlorophyllienne qui est totalement dépendante de sa plante hôte pour sa nutrition. Lorsque les graines entrent en germination, elles émettent un tube germinatif qui va se fixer sur la racine de la plante hôte. L’orobanche va puiser tous les éléments nécessaires à son développement grâce à son appareil d’absorption. Le bourgeon s’allonge en une tige souterraine (rhizome), progresse dans la terre vers la surface du sol, de fin mai à fin juin, puis émerge à la surface pour donner naissance à une hampe florale. Les fleurs sont de couleur jaune pâle à bleue/violacée. Après fécondation les fleurs se transforment en fruit et peuvent libérer des dizaines de milliers de graines par/m2. Les graines peuvent garder leur pouvoir germinatif plus de 10 ans. Elles sont disséminées par le vent, l’eau, les animaux, dont les insectes, le matériel agricole ou l’homme. Les conditions permettant la germination des graines d’orobanche sont extrêmement variables, ce qui en fait un parasite très difficile à maîtriser. Source : site internet CETIOM


 

Lutte préventive :

Il n’existe à ce jour aucune lutte chimique. Seule la prévention et la lutte agronomique peuvent éviter le développement de l’Orobanche.

La première action est d’observer ses parcelles…..Ceci reste difficile en mai-juin dans les cultures de colza et de chanvre ! Ce n’est qu’après la récolte que l’on s’aperçoit de la présence du parasite. En cas de suspicion d’Orobanche, prélever quelques systèmes racinaires de la culture en place et vérifier la liaison hôte/parasite. Vous pouvez télédéclarer une observation sur le site du CETIOM  - PERSPECTIVE A N° 418 ou contacter votre technicien.

S’il s’avère que l’Orobanche est installée il faut alors respecter certaines règles pour limiter sa propagation :

- éviter la culture du chanvre ou de colza sur la parcelle contaminée pendant au moins 4 années,

- allonger les rotations,

- Favoriser des cultures comme le pois, la luzerne, la féverole qui sont des cultures dites résistantes (la fixation du parasite se nécrose) ou des cultures comme le maïs ou le lin oléagineux qui sont dites « faux-hôte » (germination suicide)

- Pour la culture du colza réalisé des semis plus tardif (début septembre) et moins dense (25 à 30 plantes/m2)

-nettoyer le matériel à la sortie de la parcelle infestée pour éviter toute contamination future,

- optimiser la lutte contre les adventices avant implantation de la culture. Certaines espèces d’adventices sont considérées comme des hôtes secondaires potentiels permettant au parasite de se multiplier,

 

Pour plus d’information :

http://www.cetiom.fr/orobanche


 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2457 | août 2017

Dernier numéro
N° 2457 | août 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui