L'Avenir Agricole et Rural 22 octobre 2015 à 08h00 | Par Chambre d'agriculture

Apprécier la valorisation de la ration de vos laitières avec Diag’Amidon

Toujours dans un souci d’obtenir de meilleures performances technico-économiques, le service lait de la Chambre d’Agriculture de Haute-Marne vous propose une nouvelle analyse pour quantifier les pertes réelles d’amidon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
chaque éleveur adapte le rationnement de son troupeau pour ses besoins énergétiques.
chaque éleveur adapte le rationnement de son troupeau pour ses besoins énergétiques. - © Reussir

Alimentation


Les besoins énergétiques d’une vache en production varient fortement selon son niveau de production. Pour satisfaire ce besoin, chaque éleveur adapte le rationnement de son troupeau en fonction des fourrages produits sur son exploitation et par l’apport d’aliments concentrés.

Les besoins en énergie sont couverts en partie par l’amidon (apporté par l’ensilage de maïs, les céréales,..)

Cependant, les apports énergétiques « théoriques » peuvent être couverts mais la réponse en face des animaux n’est pas toujours celle espérée. Mais d’où viennent ces écarts ?

En fait, la digestibilité de l’amidon apporté varie de 70 à 100 %, résultat influencé par différents paramètres :

- l’éclatement des grains, la maturité à la récolte, la durée de fermentation dans le silo, …

- mais aussi, du bon fonctionnement ruminal des vaches : vaches en acidose ou subacidose, déséquilibre dans la ration (UF-PDI), carences en oligo-minéraux…

 

Jusqu’à aujourd’hui, notre seul moyen pour estimer ces pertes était une appréciation visuelle des bouses, pour identifier la présence ou non de grains, ce qui reste limité. Désormais, nous avons le DIAG’AMIDON.

Cette analyse présente de multiples avantages :

Précise :

plus juste que l’appréciation visuelle, analyse en chimie humide ;

Innovante : mesure indirecte de la digestibilité réelle de l’amidon ;

Simple : protocole d’échantillonnage simple et rapide ;

Rentable :

retour sur investissement rapide avec mise en place de mesures correctives à CT et MT.

En moyenne, les pertes d’amidon dans les bouses sont de 3 % or, on constate dans certains cas, des pertes pouvant dépasser les 10 %. Le retour à un niveau normal induirait un gain de 13

€/1000L au niveau de la production laitière.

Au-delà de 4 % de pertes, il faut rechercher des pistes d’amélioration.

Les résultats sont envoyés sur une seule feuille (type analyse agrinir) avec leur interprétation technique (digestibilité de l’amidon, valeur énergétique du maïs corrigée) et économique (pertes estimées en maïs grain et en litres de lait).

Le coût de cette analyse est de 26 € HT et pour son lancement, le pôle élevage vous propose un tarif préférentiel de -20 % sous la condition d’une participation à l’une de nos assemblées de section.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2406 | août 2016

Dernier numéro
N° 2406 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui