L'Avenir Agricole et Rural 03 mai 2019 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

AOP ÉPOISSES : Une filière valorisante

Le syndicat de défense de l’Époisses est revenu sur la campagne écoulée, le 12 avril, lors de son assemblée. La dynamique de la filière permet d’entrevoir l’avenir sereinement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il fait la fierté de la région depuis de nombreuses années. L’Époisses fait aussi le bonheur des amateurs de fromages à pâte molle et à croûte lavée aussi bien en France qu’à l’étranger. En 2018, la production d’Époisses a encore dépassé les 21 millions de litres de lait transformés, pour des ventes de fromages approchant les 1 300 tonnes. Les 44 éleveurs adhérent à l’AOP (32 en Côte-d’Or et 12 en Haute-Marne) ont produit une moyenne de 480 000 litres par exploitation, avec des prix de vente dépassant la barre des 400 euros la tonne. « Les producteurs continuent d’être rémunérés à un niveau intéressant par rapport au lait conventionnel, ils couvrent au moins leurs coûts de revient. Après plusieurs exercices relativement stables, nous attendons une hausse cette année, suite à l’annonce d’une amélioration de la conjoncture laitière », commente Jean-Louis Lachot, président du syndicat de défense de l’Époisses. L’éleveur de Villy-en-Auxois, qui présidait sa dernière assemblée générale suite à son départ en retraite l’été prochain, s’est également réjoui du renouvellement des générations opéré au sein de la filière : « il y a plusieurs années, nous avions exprimé quelques craintes à ce sujet. Mais aujourd’hui, nous sommes heureux de voir des jeunes reprendre des exploitations et s’installer. Les prix attractifs de l’AOP Époisses donnent des perspectives, c’est très rassurant ».

Pistes de travail

La filière Époisses ne se repose sur ses lauriers pour autant et engage plusieurs travaux pour maintenir sa dynamique. « Le changement climatique fait notamment l’objet de nombreuses réflexions », illustre Jean-Louis Lachot, « un groupe de travail est en train de se mettre en place et un groupement d’intérêt économique et environnemental sera prochainement constitué. Des aménagements doivent voir le jour, notamment dans le domaine du stockage des aliments, pour une meilleure appréhension des aléas climatiques ». L’AOP Époisses, proche de sa clientèle, souhaite répondre aux nouveaux modes de consommations : « ces derniers évoluent considérablement et nous devons nous y atteler. Le niveau de notre production reste stable cette année, mais une baisse d’environ 3 % des ventes de fromages a été enregistrée lors du dernier exercice. C’est une tendance générale des fromages : la consommation devient frileuse, la baisse du pouvoir d’achat du consommateur n’arrange rien ». Le syndicat de défense de l’Époisses suit également de très près l’actualité mondiale, comme poursuit Jean-Louis Lachot : « nous suivons toujours avec attention les tweets de Donald Trump qui peuvent nous faire beaucoup de mal, avec ses idées de taxer les fromages outre-atlantique. Les conséquences du Brexit nous inquiètent aussi, l’Angleterre est une grande consommatrice d’Époisses ».

Passage de flambeau

Président du syndicat depuis 2006 et futur retraité, Jean-Louis Lachot a donc « passé la main » à l’issue de l’assemblée. La présidence est désormais assurée par Alain Bartkowiez, l’un des quatre associés du Gaec des Marronniers à Origny-sur-Seine (é&).

Membre du conseil d’administration, Alain Bartkowiez adhère au syndicat depuis le début de son activité. Le Côte-d’orien a été séduit par l’intérêt général de l’AOP : « Notre filière représente un important savoir-faire. Les producteurs de lait engagés dans l’Époisses, les transformateurs et les opérateurs oeuvrent tous dans le même sens pour aller chercher de la valeur ajoutée, par le biais d’un important travail collectif visant constamment la qualité. C’est passionnant »

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2548 | mai 2019

Dernier numéro
N° 2548 | mai 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui