L'Avenir Agricole et Rural 14 avril 2011 à 11h14 | Par ESTELLE DAUPHIN

Animation locale - Une fête qui a du chien

Le pôle Edgard Pisani a organisé une manifestation dédiée à nos compagnons à quatre pattes. Un projet d'animation du territoire à vocation pédagogique qui a rassemblé environ 1 600 visiteurs au sein de l'établissement d'enseignement agricole, à la grande satisfaction d'Arnaud Pizzi, proviseur du lycée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cavage

Quel est le point commun entre les démineurs, les sauveteurs, les personnes souffrant d'un handicap visuel, les chasseurs, les brigades anti-drogue, les bergers, les traîneaux et les caveurs ? Vous l'aurez deviné : le chien. Entre l'homme et son fidèle compagnon à quatre pattes, subsiste une relation vieille de plusieurs millénaires, en particulier en agriculture. Tour d'horizon de quelques usages d'ici et d'ailleurs...

La Rolls du chien
de troupeau



En véritables princes Gallois, Philippe Heinzt s'adresse à ses chiens dans leur langue maternelle : « Laye down, Left, Right, Go on ! ». Et pour cause, ce passionné va chercher ses chiens aux confins du Royaume-Uni pour fournir aux éleveurs qu'il forme les meilleurs spécimens. De la même manière que les éleveurs bovins, il sélectionne les meilleures souches génétiques afin d'améliorer les aptitudes naturelles de ses border collie. Fondateur du Centre d'Education, de Formation et de Loisirs Canins avec sa compagne, Claudine Besttaute, comportementaliste canine, ce compétiteur et juge d'envergure internationale, est domiciliée à Louvières entre Chaumont et Langres. Il est intervenant dans le cadre du plan de formation continue de la Chambre d'Agriculture, financé par Vivéa. Il est apprécié des éleveurs haut-marnais qui défilent à son stand pour le saluer amicalement. Corinne, éleveuse dans le canton de Doulevant le Château est accompagnée de son fils. Elle fait partie de la première génération à avoir été formée par Philippe Heintz. Avec d'autres éleveurs passionnés du secteur, elle monte un groupe d'échange pour partager des pratiques et bénéficier des conseils du spécialiste chevronné. Corinne témoigne de ses difficultés lors de l'introduction du chien dans le troupeau laitier, une phase délicate pour un animal nerveux, réputé adapté aux caprins. Mais aujourd'hui, elle en est à la troisième génération de chien et ne peut plus s'en passer. Son fils, qui souhaite approfondir sa formation, y voit des avantages par rapport à l'utilisation du quad : « Je me mets au coin du pré et c'est le chien qui rassemble le troupeau, ce qui est moins stressant pour le bétail. » Idem en salle de traite. Malheureusement, faute de demande, la Chambre d'Agriculture n'a pas monté de cession de formation l'année dernière, ce qui pénalise les quelques volontaires, convaincus de l'intérêt du chien en élevage. Le dressage est un effort de longue haleine, rappelle Philippe Heintz, pour qui une piqûre de rappel annuelle est essentielle, pour le chien comme pour le maître...

Le Bouvier Bernois ou Berger Suisse était traditionnellement en Helvétie pour transporter le lait de montagne. Fiona a été entraînée par son maître au club canin de Saint-Dizier.
Le Bouvier Bernois ou Berger Suisse était traditionnellement en Helvétie pour transporter le lait de montagne. Fiona a été entraînée par son maître au club canin de Saint-Dizier. - © ESTELLE DAUPHIN

Une truffe hors pair

Il est bien connu que la truffe la plus réputée au monde nous vient d'Italie ; une truffe transalpine de couleur pâle, située au bout du museau des Lagotto Romagnolo, ou chiens d'eau romagnolle en français dans le texte... Ce caveur hors pair aux allures de grand caniche  (photo ci-contre) a une histoire particulière qui le lie aux trésors souterrains si prisés des fins gourmets ; à l'origine utilisé pour le gibier d'eau, le Lagotto voit sa fonction évoluer suite à l'assèchement des marrais de la région de Comacchio et de la Romagne entre 1840 et 1890 (Province de Bologne au nord est de l'Italie).
«Il est utilisé et sélectionné pendant un siècle afin de dénicher le précieux tubercule en milieu naturel »,explique la propriétaire, Agnès Driant. Il est suffisamment téméraire pour affronter les ronciers. Rustique et robuste de l'avant, il se faufile partout. Malheureusement, en condition de concours, la race n'a jamais remporté le championnat de France, détrônée par le berger allemand qui dispose de plus de traces olfactives sur le nez. Des tests d'aptitude naturelle à la truffe sont possibles pour authentifier les capacités d'un animal et valoriser sa descendance.
Agnès fait partie de l'ADT52, association trufficole du département qui ambitionne de développer une véritable filière autour de la truffe, en rassemblant les restaurateurs, les propriétaires forestiers et les établissements publics autour des récoltants. Des sessions de formation sur la récolte et la préparation de la truffe auront lieu à la rentrée au CFPPA.

Vous aussi, adoptez
votre compagnon

La SPA figurait en bonne place, à l'entrée de la manifestation. Pas de chien en démonstration mais des messages auxquels ont été réceptifs les visiteurs, en particulier les jeunes. A tel point que la responsable du refuge de Valdelancourt, Mireille Bourcelot, n'avait plus assez de tracts pour répondre aux demandes. Le refuge compte une centaine de chiens, dont beaucoup de gros, et une trentaine de chats alors que le refuge est dimensionné pour 48 places Mireille a réussi à ne pas euthanasier mais elle ne sait pas combien de temps elle pourra encore tenir face à l'irresponsabilité de certains propriétaires, car la SPA ne vit que de dons privés. Les recommandations qu'elle donne sont de ne pas acheter d'animaux en provenance d'élevages illicites (à l'étranger, dans des caves...). Récemment, la structure a même dû recueillir une troupe moutons, confiée par le Parquet. Mireille doit faire identifier électroniquement les agneaux nouveaux nés...
Sur le site www.spa.asso.fr vous retrouverez le trombinoscope de tous les chiens et chats disponibles à l'adoption. Vous pouvez aussi contacter directement le refuge de Valdelancourt au 03 25 31 04 37

Et ensuite ?

Le chef d'établissement n'a pas caché sa satisfaction devant la réussite de la manifestation et a tenu à remercier son équipe pédagogique pour son indéfectible implication. L’idée était de Madame Perlin, intervenante au lycée dans le domaine du toilettage pour chien, qui récusait l'absence de salons professionnels à proximité sur le thème du chien. Exposants et visiteurs étaient satisfaits. Ce fut un rendez-vous à caractère familial. Les visiteurs du secteur sont souvent venus avec leur chien. A noter qu'aucun incident n'a été enregistré.
Le projet sera certainement reconduit dans les années à venir.
Avec une telle ampleur, pourquoi ne pas proposer le parrainage de la manifestation à Alain Chabat ? Une idée à creuser !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui