L'Avenir Agricole et Rural 05 mars 2015 à 08h00 | Par Philippe Schilde Revue agricole de l’Aube

«Aller plus loin dans le projet humaniste

Le 1er réseau associatif de conseil et d’expertise comptable poursuit son développement en restant attaché à ses valeurs. Il multiplie les alliances et partenariats pour gagner en visibilité et s’ouvrir davantage aux artisans et entreprises de services. Une forme de management qui plaît à l’ancien ministre Alain Lambert…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
ALAIN LAMBERT, ancien Ministre, est intervenu sur «l’économie au service des hommes et des terrritoires».
ALAIN LAMBERT, ancien Ministre, est intervenu sur «l’économie au service des hommes et des terrritoires». - © P.S.

Projet démocratique et ambitieux

Habitué à se retrouver dans les hémicycles de la République pour y prendre part aux joutes politiques, Alain Lambert, ancien ministre délégué au budget du gouvernement Raffarin (de 2002 à 2004) a répondu en toute décontraction à l’invitation de CERFrance Sud-Champagne pour venir présenter devant ses adhérents une conférence bien rodée sur « L’économie au service des hommes et des territoires ». Très à l’aise au centre de l’hémicycle du Groupe ESC Troyes, cette fois, l’actuel président du conseil général de l’Orne, briseur de technocrates, n’a guère eu de difficulté pour séduire un large auditoire venu s’informer des bilans et orientations du réseau CERFrance dans l’Aube et la Haute-Marne lors d’une assemblée générale annuelle placée sous le signe du rassemblement, du dialogue et de l’engagement.

L’orateur du jour a d’ailleurs surfé sur le discours passionné et résolument optimiste du président Yannick Fassaert, lequel avait quelques minutes auparavant dans son rapport moral appelé à « aller plus loin dans le projet humaniste ». « Plus loin vers les autres et pour les autres. Plus loin dans le respect des autres », a-t-il martelé. A ses yeux, de telles relations sont évidemment basées sur la « confiance mutuelle » qui se traduit concrètement en actions au service des clients et du territoire. Yannick Fassaert a défendu pour son entreprise un « projet démocratique et ambitieux » ultra-nécessaire dans un monde « en mutation ». Comment ? En développant un nouveau « management » toujours en phase avec les « valeurs associatives » qui caractérisent CERFrance Sud Champagne. C’est d’ailleurs ce qui conduit le réseau à écrire son deuxième projet stratégique « 2015-2020 ».

« La force dans l’alliance »

L’ex-sénateur normand Alain Lambert, après avoir parcouru la Ve République a évoqué ses grandes aspirations et ses petites révolutions (dont mai 1968, la « révolution des enfants gâtés » - dixit) a largement abordé la question des transformations managériales en cours. Pour lui, on passe d’un monde d’organisations « centralisées et bureaucratiques » à de nouveaux modèles « plus souples » s’appuyant sur les nouvelles technologies de l’information pour émerger et se développer. « Le moteur du renouveau se situe dans cette économie de la connaissance et dans de nouveaux rapports sociaux », remarque-t-il, en prônant davantage de « collaboration entre les entreprises ». Il faut sortir de l’isolement pour ne pas rester sur le carreau. Pour l’ancien ministre, en effet, « la force est dans l’alliance et dans le réseau ». « Aujourd’hui, plus que jamais, il faut savoir concilier la responsabilité individuelle et la performance du collectif », assure-t-il, persuadé qu’il s’agit là d’une autre manière d’atteindre une taille critique, laquelle permet ensuite « d’accéder à de nouveaux marchés ». Une petite leçon d’économie autour de la complémentarité et de la réciprocité qui vaut visiblement aussi bien pour les entreprises que pour les territoires. Alain Lambert en est convaincu : « le temps des hommes et des territoires est arrivé ».

La suite de cet article dans notre édition du 6 mars 2015.

Yannick Fassaert et Jérôme Schmidt.
Yannick Fassaert et Jérôme Schmidt. - © P.S.

Yannick Fassaert et Jérôme Schmidt ont paraphé en fin d’assemblée plénière un document qui marque un nouveau partenariat pour CERFrance Sud Champagne avec le premier drive fermier de l’Aube. Un drive dont le succès ne se dément pas depuis son lancement il y a quelques mois dans l’agglomération troyenne. « Il faut stimuler les interactions car elles permettent d’augmenter la valeur ajoutée pour chacun et pour l’ensemble du système », avait déclaré Alain Lambert. Dans l’Aube, la démonstration est faite sur le terrain à travers cette signature, symbole d’une « efficacité démultipliée ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui